Vivacité

Un ourson se retrouve dans un état second après avoir mangé trop de miel

Loading...
17 août 2022 à 13:59Temps de lecture1 min
Par Philomène Parmentier

En Turquie, un ourson brun a été retrouvé drogué après avoir consommé une grande quantité de miel. Mais comment est-ce possible, on vous explique.

Sur cette vidéo, on peut voir un ourson qui semble désorienté et incapable de maintenir son équilibre. Après avoir été emmené dans une clinique vétérinaire, l’ourson a été soigné et va rejoindre la nature dans les prochains jours a expliqué un responsable du ministère turc de l’agriculture.

Mais comment cet ourson s’est-il retrouvé dans cet état ?

L’animal aurait mangé trop de "miel fou". Connu sous le nom de "deli bal" en turc, ce miel est produit en petites quantités par les apiculteurs dans les zones forestières de haute altitude telles que les montagnes Kaçkar au-dessus de la mer Noire.

Au Printemps, les apiculteurs se rendent dans les champs de rhododendrons à flanc de montage où ils libèrent leurs abeilles. Les fleurs contiennent une toxine appelée grayanatoxine, à l’origine de ce miel redoutable.

Ce miel aux propriétés redoutable n’est produit qu’en Turquie et au pied de l’Himalaya. Il est utilisé dans la médecine traditionnelle ou comme drogue récréative. On dit que l’ingestion d’une petite cuillerée mélangée à de l’eau chaude ou du lait bouilli donne un sentiment d’euphorie et des hallucinations.

En Turquie, il est également utilisé comme traitement traditionnel pour lutter contre l’hypertension artérielle, les maux d’estomac ou encore l’impuissance.

Cependant, une trop grande quantité peut réduire la pression artérielle à des niveaux potentiellement dangereux et provoquer des nausées, des évanouissements, des convulsions, et bien d’autres symptômes peu agréables.

Les effets hallucinogènes du miel fou ne datent pas d’hier, ils sont documentés depuis des milliers d’années et ont déjà été discutés par le philosophe grec et chef militaire Xénophon. Ce dernier expliquait dans ses textes les effets secondaires de la consommation du nectar sur les soldats. Lors d’une expédition en 401 av. J.-C., il a écrit que chaque soldat qui mangeait le miel d’une des ruches perdait la raison et ne tenait plus debout.

Sur le même sujet

Le Fat Bear Week, le concours de poids lourds chez les ours qui fascine les États-Unis

Biodiversité

À Oupeye, la falaise du Boyou, que sécheresses et orages érodent, va enfin être sécurisée

Regions Liège

Articles recommandés pour vous