RTBFPasser au contenu
Rechercher

BD - Accueil

Un nouvel album de Gaston : un crime de lèse-Franquin

André Franquin

Alors que Gaston Lagaffe fête cette année son 65e anniversaire, les éditions Dupuis ont annoncé aujourd’hui la sortie d’un nouvel album du célèbre gaffeur, 25 ans après la mort de son créateur André Franquin. Sortie prévue en octobre prochain, avec un tirage d’1, 2 millions d’exemplaires. Or, cette démarche commerciale va à l’encontre du souhait du père spirituel de Gaston.

André Franquin en 1996
André Franquin en 1996 © 2011 Frederic REGLAIN Gamma-Rapho via Getty Images

Dans son atelier de Boisfort en août 1996 (quelques mois avant son décès), André Franquin a tenu ces propos pour une interview radiophonique :

S’il fallait, en vieillissant, préparer ses dernières volontés, je dirais vraiment "ne faites jamais dessiner Gaston par quelqu’un d’autre ! " Je n’aimerais pas du tout faire dessiner Gaston même par un très bon dessinateur.

(Propos repris dans mon livre "Le Duel Tintin-Spirou" paru en 1997 aux éditions Luc Pire, p.165)

Le dessinateur québécois Delaf est l’heureux (?) élu choisi par les actuels directeurs éditoriaux de Dupuis pour créer cette année un nouvel album de Gaston. Comment le coauteur (avec Dubuc) de la série "Les Nombrils" a-t-il accepté cette mission immorale et surtout, impossible ? Car si le grand public va se ruer sur cet album – le succès commercial est assuré, Delaf va devoir essuyer une pluie de critiques assassines émanant des admirateurs de Franquin. Car Franquin est plus qu’un auteur de BD : c’est un Dieu du dessin, vénéré par des milliers de fans. Et pour ce public connaisseur et exigeant, Gaston est un mythe intouchable.

L’hebdomadaire "Le Point" a publié en exclusivité une planche de Gaston effectuée par Delaf ; la couverture de l’album est également visible sur le Net. Un profane n’y verra que du feu, c’est une copie scrupuleuse du style de Franquin. Tout y est, sauf l’essentiel : le génie, l’invention, l’âme du maître. Car "Gaston" n’est pas un produit, c’est une œuvre, viscéralement liée aux tripes de son créateur. Et le trait de Franquin, même avec beaucoup de labeur et de bonne volonté, n’est pas reproductible… Bref, un nouveau Gaston sans Franquin ?

"Rogntudjû" s’écrierait Prunelle…

 

Sur le même sujet au JT :

Sur le même sujet

Le juge du tribunal civil de Bruxelles ordonne la suspension provisoire du nouveau Gaston Lagaffe

Justice

Il ne faut pas publier un nouveau Gaston, par "respect de l’auteur, tout simplement", estime Frédéric Jannin

BD - Accueil

Articles recommandés pour vous