RTBFPasser au contenu

Societe

Un musée dédié au Grand Jojo installé à Boussu-lez-Walcourt

Cyril Forthomme

Alors que la Belgique pleure le Grand Jojo, un homme est sans doute plus marqué que les autres. Cyril Forthomme était un fan, un ami et finalement l’archiviste du Grand Jojo. Il a même créé un musée pour rendre hommage à la carrière de Jules Jean Vanobbergen. Ce musée se situe dans la commune de Froidchappelle à Boussu-lez-Walcourt.

© Tous droits réservés

Une histoire de passion et d’amitié

Cyril et le chanteur se sont rencontrés en 2012 à la fin d’un concert. Les deux hommes partagent une passion pour Bourvil, Cyrill avaient créé à l’époque un musée dédié à l’acteur français. "C’est alors que le Grand Jojo a eu l’idée de me confier ses archives. Je les ai installés dans la maison dans laquelle j’avais déjà le musée Bourvil".

Ce musée c’est avant tout la passion de Cyril qui le fait vivre : "Annie Cordy disait que la passion c’est la force, et c’est vraiment ça. Quand on est passionné par un personnage et qu’on a déjà l’âme d’un collectionneur, on aime rassembler, on aime archiver, on aime collecter des documents. C’est ce que j’ai fait ici. Mais ce qui est très très rare, c’est d’avoir eu un artiste qui donne ses archives de son vivant afin d’en faire un musée. C’est une véritable preuve d’amitié", raconte Cyril.

Un musée qui contient de très nombreux objets personnels ayant appartenu à l’ambianceur des marolles : "Il y a de nombreux documents privés, de nombreuses photos et des accessoires qui ont participé à la carrière du Grand Jojo", explique Cyrill.

© Tous droits réservés

Noir jaune rouge

Une pièce du musée respire la belgitude avec de nombreux accessoires noirs, jaune, rouge du chanteur bruxellois. "Jean me disait souvent que le public le qualifiait de chanteur bruxellois mais le Grand Jojo me disait toujours qu’il était un chanteur belge avant tout parce qu’il réunissait les Flamands, les Wallons et les Bruxellois. Même s’il ne voulait pas renier ses origines bruxelloises, il était un chanteur belge", Insiste le créateur du musée.

La passion du Grand Jojo pour le football se ressent aussi à travers les couloirs du musée. "Il était un grand supporter de l’équipe nationale, des Diables Rouges. Mais il a aussi créé l’hymne d’Anderlecht qui retentit toujours dans le stade avant les matchs".

Des archives un peu orphelines depuis la disparition du Grand Jojo mais qui le feront vivre encore très longtemps à travers ce musée.

Sur le même sujet

08 déc. 2021 à 13:06
2 min
02 déc. 2021 à 12:26
1 min

Articles recommandés pour vous