RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Un membre du Congrès américain "choqué" par le traité sur le transfèrement de prisonniers

Photo d'illustration.
03 juil. 2022 à 13:35Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Maud Wilquin

Aux Etats-Unis, un membre républicain du Congrès a réagi avec consternation à l'information selon laquelle la Belgique et l'Iran ont convenu d'un traité qui rend possible le transfèrement des personnes condamnées. "Je suis choqué d'apprendre que le gouvernement belge a passé un accord avec le leader mondial du terrorisme financé par les autorités", a déclaré Randy Weber, originaire du Texas, dans un message vidéo.

L'existence de ce traité a été révélée vendredi. Il ne concerne pas seulement l'Iran mais également l'Inde et les Émirats arabes unis. Le gouvernement a soumis à la Chambre un projet de loi qui sera discuté la semaine prochaine en commission des Relations extérieures. 

Randy Weber, membre du Congrès américain, craint que l'accord avec Téhéran ne permette le transfèrement et la libération éventuelle d'Assadollah Assadi, qui a été condamné à 20 ans de prison à Anvers l'année dernière pour son rôle dans un attentat déjoué à Paris visant l'opposition iranienne. La Belgique a l'intention de "renvoyer des terroristes iraniens en Iran pour qu'ils planifient d'autres actes terroristes", a déclaré Randy Weber. En Belgique, le parti d'opposition N-VA se demande si Assadi pourrait être échangé contre le professeur irano-suédois de la VUB Ahmadreza Djalali.

Si la Chambre approuve ce projet de loi d'assentiment, "la Belgique va devenir un refuge pour le terrorisme des mollahs", avance Randy Weber. "Ce n'est pas seulement mal, c'est immoral et cela rendra l'Europe et les Américains encore plus vulnérables au terrorisme du régime iranien."

Le Texan a donc appelé le parlement belge à ne pas adopter la loi. "On ne remet pas un serpent qui a essayé de vous tuer dans son nid", illustre-t-il. 

Une dizaine d'opposants au régime iranien ont manifesté vendredi près du Parlement fédéral contre ce projet de loi. Ceux-ci craignent également que ce traité permette la libération d'Assadolah Assadi, une fois son transfèrement en Iran effectué.

Articles recommandés pour vous