RTBFPasser au contenu

C'est vous qui le dites

Un médecin doit faire le tri en fonction du statut vaccinal ?

Un médecin doit faire le tri en fonction du statut vaccinal ?
28 oct. 2021 à 10:093 min
Par C'est vous qui le dites

Des médecins refusent de soigner des patients non vaccinés contre le covid. Ce matin dans les éditions de Sudinfo, le nouveau président de l’Absym explique qu’il comprend le choix de certains médecins qui refusent, par crainte pour leur état de santé, de soigner des patients qui ont fait le choix de refuser le vaccin contre le covid. A propos de la vaccination, il propose d’ailleurs de la rendre obligatoire pour tous dès l’âge de 6 ans.

Un médecin doit faire le tri en fonction du statut vaccinal ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

Getty Images

"Tout médecin en Belgique, qui termine ses études, prête le serment d’Hippocrate"

Alexandre de Merchtem est intervenu à ce sujet sur notre antenne : " Je trouve scandaleux qu’un médecin refuse de soigner des personnes sur base de critères plus ou moins subjectifs. Tout médecin en Belgique, qui termine ses études, prête le serment d’Hippocrate une fois qu’il s’inscrit à l’ordre des médecins. Le serment dit, entre-autres, " au moment où je deviens membre de la profession médicale, je m’engage à œuvrer de mon mieux pour une médecine de qualité, au service des personnes et de la société ". On ne fait pas de distinction entre les différentes personnes de la société, ni entre les classes sociales. Le serment dit aussi " J’exercerai la médecine avec conscience et application. Au service de mes patients, je favoriserai leur santé et soulagerai leur souffrance. ". On ne précise donc pas quels patients. Pour terminer, le serment dit " Je veillerai à ce que des convictions politiques ou philosophiques, des considérations de classes sociales, de race, d’ethnie, de nation, de s.langue, de genre, de préférences sexuelles, d’âge, de maladie ou de handicap, n’influence pas mon attitude envers mes patient ". Je crois que tout juriste pourrait dire que dans toutes ces différentes considérations, on pourrait aussi inclure " des choix hygiénistes ". Qu’on fait les médecins pendant des années lorsqu’ils allaient soigner des personnes qui souffraient de la lèpre ? Leur vie était en danger mais quelque part, cela fait partie des risques du métier. Je pense qu’un médecin doit se donner corps et âme pour ses patients. Je trouve que nous assistons à une dérive hygiéniste très dangereuse. "

Getty Images

"Le covid, ce n’est pas comme la grippe, c’est grave"

Du côté de Liège, Yves ne partage pas l’avis d’Alexandre : " Je comprends les médecins car les chiffres du covid sont là. Les gens qui sont vaccinés ont moins de chance de contaminer ou d’être contaminé. Oui il y a le serment d’Hippocrate, mais le médecin ne va pas mettre sa vie en danger. Les gens qui refusent le vaccin doivent bien se rendre compte de cela. Le covid, ce n’est pas comme la grippe, c’est grave. On ferme des écoles à cause de cela. Il faut voir l’état des services de natalités et prénatalités où des nouveau-nés ont le covid. "

Getty Images

"Il ne faut pas confondre non-vacciné et malade"

Le débat se termine à Héron avec Frédéric : " Les médecins ne confondent-ils pas les gens non-vaccinés et les malades ? Parce que ça n’a rien à voir. Ce n’est pas parce qu’on n’est pas vacciné que l’on est malade, du moins du covid. S’ils veulent préserver leur santé, alors il y a plein de pathologies pour lesquelles ils pourraient ne pas faire venir les gens dans leurs cabinets. Est-ce que ce n’est pas le même problème que les médecins qui avaient refusé de soigner des personnes atteintes du sida ou des personnes homosexuelles, de peur d’attraper le sida ? Bien sûr il ne faut pas se mettre en danger soi-même, mais d’un autre côté, ils sont médecins. Cela fait partie de leur métier. Et je ne pense pas que le médecin se mette systématiquement en danger en présence d’un non-vacciné. Il ne faut pas confondre non-vacciné et malade. "

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Articles recommandés pour vous