RTBFPasser au contenu
Rechercher

Un livre noir dénonce les violences contre les migrants aux frontières de l'UE

Un camp de migrants à Lesbos, en Grèce.
18 déc. 2020 à 21:04Temps de lecture1 min
Par Belga

Coups de bâton, vol ou destruction d'effets personnels, attaques de chiens: un rapport d'un réseau d'ONG, basé sur près de 900 témoignages et publié vendredi, dénonce les violences et les refoulement illégaux de migrants aux frontières de l'Union européenne.

Ce "Livre noir sur les refoulements", à l'initiative du groupe de la GUE/NGL (gauche radicale) au Parlement européen, a été réalisé par le "Border Violence Monitoring Network" regroupant des ONG et associations.

Les témoignages concernent plus de 12.654 personnes et racontent des faits survenus depuis 2017 en Italie, Slovénie, Hongrie, Grèce, Croatie et dans des pays des Balkans hors UE.

Le document a été remis vendredi à la commissaire européenne aux Affaires intérieures Ylva Johansson. Elle a rappelé que les refoulements ne sont pas conformes à la législation européenne et au droit à l'asile.

L'agence européenne de surveillance des frontières, Frontex, a récemment dû se défendre d'implication aux côtés des garde-côtes grecs dans des pratiques illégales de refoulement de bateaux de demandeurs d'asile vers la Turquie.

Parmi les nombreux témoignages, celui d'un adolescent afghan de 17 ans, que la police italienne a découvert en novembre caché sous un camion dans le port de Bari, qui raconte avoir été frappé avec un bâton avant d'être renvoyé en Grèce par bateau sans pouvoir boire ni manger.

Le rapport dénonce aussi l'utilisation d'armes à impulsions électriques contre des migrants, fait état de demandeurs d'asile forcés à se déshabiller, de détentions dans des installations dépourvues d'équipements de base.

Articles recommandés pour vous