RTBFPasser au contenu
Rechercher

Pollution

Un jeu mobile franco-belge pour sensibiliser à la pollution de l’air

21 févr. 2022 à 13:48Temps de lecture2 min
Par David Manfredini

Bien que l’on soit constamment à son contact, l’air peut demeurer un élément de compréhension complexe. À notre époque, il devient pourtant primordial de connaître la qualité de l’air dans lequel on évolue et de pouvoir reconnaître les différentes sources de pollution et leur impact sur la santé.

Afin de donner des clés de compréhension aux citoyens intéressés par cette problématique et pour sensibiliser la population sur le sujet, les partenaires du projet européen TransfAIR ont collaboré afin de mettre au point un jeu vidéo nommé "TransfAIR". Un "serious game" (un "jeu sérieux") visant à proposer de façon ludique différentes pistes de réflexion et d’action sur le sujet la qualité de l’air.

L’objectif dans TransfAIR est de livrer des capsules d’air pur à différents endroits.
L’objectif dans TransfAIR est de livrer des capsules d’air pur à différents endroits. TransfAIR

Un monde devenu irrespirable

"L’idée, c’est que l’air n’est pas de bonne qualité dans ces environnements [du jeu]. Il faut donc livrer des capsules d’air pur à différents endroits", explique Laure Roussel, chargée de communication à Atmo Hauts-De-France.

Dans TransfAIR, le joueur contrôle avec son doigt un petit personnage qui dispose d’un système de protection pour respirer, fonctionnant comme des bouteilles d’oxygène. "Pour atteindre ses différents objectifs, il va rencontrer différents obstacles, comme des véhicules, des bâtiments, etc., qui peuvent altérer l’air qu’il respire et impacter la vitesse à laquelle sa jauge d’oxygène diminue", détaille Laure Roussel.

Le jeu dispose d’une dizaine de niveaux proposant des missions en ville et dans des endroits plus ruraux.

De nombreux obstacles polluants compliquent la tâche du joueur.
De nombreux obstacles polluants compliquent la tâche du joueur. TransfAIR

Durant son voyage, le joueur rencontrera différents points d’intérêts comme des quiz pour en apprendre plus sur la qualité de l’air ou des informations scientifiques complémentaires.

"À la fin, s’il accomplit sa mission et qu’il dispose toujours d’oxygène, il gagne des points qui lui permettent d’améliorer son équipement pour mieux survivre à l’extérieur. Il peut également améliorer son habitation en s’équipant par exemple d’un poêle qui va émettre moins de particules dans l’atmosphère. Cela permet de donner des pistes de réflexion aux joueurs."

Une collaboration franco-belge

Le jeu s’inscrit dans le cadre du programme Interreg France-Wallonie-Vlanderen, un programme de coopération transfrontalière impliquant quatre principaux acteurs : l’ISSeP, l’AwAC, Atmo Hauts-De-France, et VMM. Il a été développé conjointement par l’entreprise française OREKA et la société belge Game Spirit.

"L’objectif de TransfAIR est de sensibiliser la population à la qualité de l’air avec un outil ludique et pédagogique", indique Laure Roussel. "Il permet de présenter les sources de pollutions, leurs impacts, etc. afin d’apporter des connaissances concernant la qualité de l’air, puis d’inciter les utilisateurs à adopter de nouvelles pratiques ou à conforter des pratiques qu’ils ont déjà au quotidien pour limiter l’impact sur l’air."

Le jeu propose différentes idées pour améliorer la qualité de l’air.
Le jeu propose différentes idées pour améliorer la qualité de l’air. TransfAIR

Bien qu’il soit relativement simple, le jeu n’est pas destiné en premier lieu aux enfants. "Le jeu est prévu pour les joueurs de 18 à 45 ans, même si on peut bien entendu y jouer avant ou après. Il a été avant tout conçu pour la population active de jeunes adultes et d’adultes."

S’il aborde des sujets sérieux, le jeu ne se veut pas pour autant inabordable et peut être découvert à travers de courtes sessions de jeu : "Ce n’est pas un jeu qui prend du temps. On peut ne jouer que 5 minutes par jour ou par semaine. L’idée, c’est de se familiariser avec différentes sources de pollution que l’on peut rencontrer."

TransfAIR est disponible en français, en néerlandais et en anglais. Il peut être téléchargé gratuitement sur Android en se rendant sur le Google Play Store et sur iOS via l’App Store.

Sur le même sujet

Pollution de l’air à Bruxelles : la situation s’améliore mais il subsiste une disparité notable des niveaux observés

Regions Bruxelles

Dans la peau d'un réfugié grâce à un serious game : "Tout quitter pour se mettre à l'abri est probablement une des décisions les plus difficiles"

Articles recommandés pour vous