RTBFPasser au contenu
Rechercher

Liga - Football

Un grand Barça ridiculise le Real Madrid et un Carlo Ancelotti fort peu inspirés

20 mars 2022 à 00:00 - mise à jour 20 mars 2022 à 21:52Temps de lecture2 min
Par Lancelot Meulewaeter

Le Barça est de retour au sommet du football espagnol. Après deux ans de purgatoire, le bagne de l’équipe catalane a définitivement pris fin par sa victoire au Real Madrid (0-4). Un succès qui fera date par la qualité du football fourni par les hommes d’un Xavi Hernandez qui a tout d’un grand entraîneur en devenir. Un football qui contrastait avec les errances tactiques d’un Carlo Ancelotti qui s’est trompé dans ses choix lors de chaque mi-temps.

Le Real Madrid finira peut-être champion d’Espagne 2022. Quand bien même les Madrilènes ont pris une gifle, dimanche soir, à Santiago Bernabéu, ils conservent douze points d’avance sur leur opposant du soir et neuf sur leur plus proche poursuivant (le FC Séville). Certes, il manquait Karim Benzema, blessé, lui qui avait renversé le PSG en Ligue des champions à l’issue de trois coups de génie. Mais cette rencontre aura tout d’un match référence dans le grand livre de la rivalité qui oppose ces deux pôles du football ibérique. L’absence de KB9 était un casse-tête pour Carlo Ancelotti. Le coach de la Maison Blanche a voulu compenser l’absence du Lyonnais par la titularisation de Fede Valverde. Les Barcelonais mettaient quelques minutes seulement pour lire les volontés tactiques adverses, et prenaient facilement pris l’ascendant dans le jeu. Aubameyang confirmait sa forme étincelante en coupant magnifiquement un centre tendu de Dembélé (30e, 0-1). Le même Dembélé donnait un corner impeccable sur la tête d’Araujo (38e, 0-2).

Le clou enfoncé après le repos

A la mi-temps, un Ancelotti étourdi décidait de tout changer à son dispositif tactique : un passage scabreux à trois derrière et deux changements qui faisaient littéralement plonger les siens. En six minutes, le Real concédait deux buts supplémentaires (Ferran Torres, Aubameyang) et plongeait le Santiago Bernabéu dans un état léthargique. Le coach italien a loupé son approche du match, en manquant ses ses choix tactiques lors de chaque mi-temps. Il semblait atterré, chewing-gum en bouche, au fond du siège du banc madrilène.

L’homme du match pouvait avoir plusieurs noms, même si Aubameyang a marqué de son empreinte cette prestation XXL. La recrue hivernale du Barça a inscrit un doublé ainsi qu’un très joli assist. A côté de lui, Ousmane Dembélé a montré une implication dans la lignée de ce qu’il a proposé ces dernières semaines. A 100% mentalement, il émarge à la catégorie des grands joueurs de ce monde. Enfin Pedri a une fois de plus montré, à 19 ans, qu’il est bien l’héritier des grands milieux de terrain du Barça.

Côté madrilène, seul Thibaut Courtois est à ressortir du lot. Le portier belge a d’abord retardé l’échéance, avant de limiter les dégâts alors que son équipe était en pleine déroute. Il était d’ailleurs le seul Belge à s’illustrer puisqu’Eden Hazard n’a pas eu l’honneur de monter sur la pelouse.

Invaincu depuis le 4 décembre en Liga, le Barça est désormais installé dans le top 3. Une victoire pour un club à la dérive au moment de la reprise par Xavi Hernandez. Le coach catalan remporte un premier succès de choix dans un Clasico en Liga et se positionne déjà pour la saison prochaine.

Loading...

Articles recommandés pour vous