RTBFPasser au contenu

Societe

Un gaz hautement toxique pour le système de climatisation des voitures ?

Un gaz hautement toxique pour le système de climatisation des voitures ?
17 janv. 2012 à 15:12 - mise à jour 17 janv. 2012 à 15:551 min
Par Céline Biourge
"On va remplacer un gaz toxique pour la planète parce qu'il émet beaucoup de CO2 par un autre produit qui est inflammable et très toxique en cas d'incendie, au contact de l'eau. En cas d'accident, les conséquences seront dramatiques, à la fois pour le conducteur et pour les pompiers", a déclaré ce lundi sur les antennes de France Info, Michèle Rivasi.

Le HFO-1234yf, c'est le nom de ce nouveau produit, est en effet appelé à remplacer le fluide actuellement utilisé dans les systèmes de climatisation des voitures car jugé trop polluant. 

Un danger déjà dénoncé par des spécialistes allemands

En mars 2009, pourtant, l'agence allemande pour l'aide à l'environnement, la Deutsche Umwelthilfe, avait déjà fait part de ses craintes. Des tests avaient révélé que l'utilisation de ce nouveau fluide comportait d'énormes risques pour les passagers de la voiture et les services de secours. Inflammable et hautement toxique, le HFO-1234yf dégage au contact de l'eau ou en cas d'inflammation de l'acide fluorhydrique.

"L'acide fluorhydrique est déjà dangereux en faible quantité sans être perceptible par la victime. Il pénètre dans la peau, détruit les couches les plus profondes du tissu et provoque de graves brûlures internes. L'inhalation du produit peut rapidement causer un oedème pulmonaire et des séquelles chroniques pouvant entraîner la mort", pouvait-on lire dans un communiqué de presse.

Selon l'expert en transports de l'agence allemande pour l'aide à l'environnement, le Dr Axel Friedrich, "les victimes ayant survécu à l'accident (de voiture, ndlr) pourraient mourir plus tard des suites de l'inhalation de l'acide fluorhydrique".

Déjà à l'époque, l'agence allemande s'indignait du lobby du secteur chimique accusé de jouer avec la sécurité et la vie des gens "au nom d'un marché mondial lucratif".

Des alternatives existent

Or des alternatives existent si l'on en croit l'eurodéputée Michèle Rivasi, "mais elles coûtent plus cher". En attendant, "les lobbies chimiques sont tellement puissants qu'à l'heure actuelle certains constructeurs commencent à utiliser ce gaz toxique", a-t-elle affirmé.

C. Biourge



 

Loading...

Articles recommandés pour vous