RTBFPasser au contenu

C'est vous qui le dites

Un député bruxellois veut exclure les harceleurs des transports en commun : est-ce la bonne mesure ?

Un député bruxellois veut exclure les harceleurs des transports en commun : est-ce la bonne mesure ?
21 févr. 2022 à 10:472 min
Par C'est vous qui le dites

Un député bruxellois veut exclure les harceleurs des transports en commun. David Weytsman, député MR bruxellois propose des mesures pour lutter contre le harcèlement sexuel qui se déroule dans 40% des cas dans les bus, trams et métros. Face à ce constat, il va déposer un texte au Parlement bruxellois qui prévoit d’interdire l’accès aux transports en commun aux personnes condamnées pour harcèlement et violence. Concrètement, la vente d’abonnement leur serait interdite.

C’est la bonne mesure ? C’est la question que l’on vous posait ce matin dans "C’est vous qui le dites".

Voici quelques moments forts de l’émission…

Belga Images

"Plus de contrôles pour plus de sécurité"

Catherine, une auditrice d’Anderlecht, est intervenue à ce sujet sur notre antenne : "C’est ridicule, ce député ne comptabilise pas le nombre d’agressions verbales que les passagers subissent sur les quais, dans les métros, etc. Comment voulez-vous faire pour contrôler tout cela ? C’est impossible. C’est très bien d’interdire la vente d’abonnements, mais ils prendront des tickets. Il faut beaucoup plus de contrôles sur les quais et dans les métros, etc. Nous avons 2 stations à risque ici à Anderlecht et la police n’est jamais présente. Nous avons besoin de plus de contrôles pour plus de sécurité."

LAURIE DIEFFEMBACQ – BELGA

"Ce n’est pas possible"

Une personne anonyme nous partage son avis : "Comment vont-ils faire pour contrôler ces personnes dans les bus, sachant qu’ils ont déjà été condamnés pour harcèlement ? Ce n’est pas possible. Ce député n’a jamais pris le bus, il vient d’un autre monde. Lorsqu’on achète un abonnement, on ne demande pas un extrait de casier judiciaire."

En tant que chauffeur de bus, je suis témoin de harcèlement quotidiennement

"Encore hier après-midi, un homme essayait d’embrasser une fille de force, nous l’avons fait descendre du bus avec un autre passager. Des gens qui se collent aux filles, des mains aux fesses, ça arrive tous les jours. Si une personne se sent en danger, elle doit prévenir le chauffeur."

GettyImages

"On ne peut pas les empêcher de se déplacer"

Le débat se termine à Bruxelles avec Nadi : "Ce n’est pas une bonne mesure, sinon il faudrait enlever des abonnements à beaucoup de personnes. Le harcèlement, il existe partout. Que faudrait-il faire pour les autres lieux ? Le harcèlement doit être sanctionné, mais pas de cette façon. Il faut d’abord éduquer à la maison et à l’école. Mais on ne peut pas les empêcher de se déplacer."

Nous vous invitons à poursuivre le débat sur notre page Facebook "C’est vous qui le dites" et à revoir l’émission sur Auvio. Nous vous donnons rendez-vous du lundi au vendredi de 9h à 10h30 sur VivaCité et La Une pour trois nouveaux débats.

Sur le même sujet

02 mars 2022 à 10:31
1 min
01 mars 2022 à 10:31
2 min

Articles recommandés pour vous