RTBFPasser au contenu
Rechercher

Psychologie

Un cours de simulation pour aider les médecins à annoncer de mauvaises nouvelles aux patients

Un cours de simulation pour aider les médecins à annoncer de mauvaises nouvelles aux patients.
24 févr. 2020 à 15:00Temps de lecture1 min
Par RTBF TENDANCE avec AFP

Annoncer à une personne qu'elle souffre d'une maladie grave ou signaler le décès d'un patient à ses proches est une étape délicate et une grande responsabilité pour un médecin. Quelle est la bonne distance à adopter et quels mots choisir pour ne pas effrayer la personne assise face à lui?

Informer et rassurer

Autant de questions qui nécessitent un programme spécifique, comme celui proposé aux étudiants de la faculté de médecine Feinberg de l'université Northwestern (Etats-Unis).

Dans ce cours de simulation, les futurs médecins apprennent à choisir les mots appropriés, en évitant le jargon médical afin de s'assurer que le patient comprenne tous les enjeux de son diagnostic, tout en le rassurant.

Les étudiants apprennent également à se montrer attentifs aux réactions et aux émotions des patients. 

"Nous savons que les patients et les familles se souviennent à jamais de ces conversations. Il est préférable de pratiquer ces compétences dans un environnement simulé où personne n'est blessé, de sorte que lorsque vous le ferez dans la vie réelle, les gens comprendront la nouvelle, leurs prochaines étapes et sauront qu'ils sont accompagnés dans cette épreuve", explique dans un communiqué Julia Vermylen, professeure adjointe de médecine et d'enseignement médical à Feinberg. 

Impact émotionnel

L'efficacité de cette formation a fait l'objet d'un test dont les résultats sont détaillés dans le journal Academic Medicine. Le programme décrit dans cette publication a été proposé à 85 internes en médecine inscrits en quatrième année à la faculté Feinberg. Parmi eux, 79 ont suivi la formation dans son intégralité.

"Une erreur que les étudiants font souvent est qu'ils se concentrent tellement sur l'information médicale qu'ils oublient de prendre en considération l'impact émotionnel de la nouvelle sur le patient", précise le Dr Gordon Wood.

"Lorsque quelqu'un entend une mauvaise nouvelle, il y a généralement un flot d'émotions et si le médecin continue à parler d'informations médicales à ce moment-là, les patients rapportent souvent qu'ils n'ont rien entendu de ce qui a été dit", ajoute le formateur.

Sur le même sujet

Selon une récente étude, les situations stressantes pourraient renforcer les liens sociaux

Psychologie

Aux Etats-Unis, les jeunes transgenres se montrent réticents à aborder l'identité de genre dans le cadre médical

Psychologie

Articles recommandés pour vous