RTBFPasser au contenu

Un "consultant-directeur" payé 1000 euros... par jour dans une asbl de Bruxelles-Ville

Michel Leroy figure toujours dans l'organigramme de l'asbl
16 févr. 2018 à 11:20 - mise à jour 16 févr. 2018 à 11:202 min
Par T.M.

En 18 ans, l'asbl GIAL chargée de la gestion de l'informatique pour la Ville de Bruxelles a versé pas moins de trois millions à Michel Leroy, un consultant... qui occupait un poste de directeur. Une convention "qui s'apparente à un contrat de faux indépendant" et "conclu sans aucune mise en concurrence", a dévoilé ce vendredi Le Vif/L'Express qui a pu consulter un audit "sévère".

Tout commence en 2000, lorsque GIAL a passé un contrat de consultance avec Altera Via, une sprl dont le gérant est Michel Leroy. Ce dernier deviendra directeur du développement de l'asbl bruxelloise. Il ne sera jamais engagé comme salarié.

"Violation des règles sur les marchés publics"

Ce contrat prévoit, annuellement, un prix forfaitaire de 875 euros par jour, hors TVA. "Soit un total de 153 125 euros, ou 185 281,25 euros, TVA comprise", précise Le Vif/L'Express.

"Un marché d'une telle valeur imposait légalement de lancer un appel d'offres public, avec mise en concurrence de différents prestataires dont le meilleur serait retenu, écrit l'hebdomadaire. GIAL n'a pas procédé à cet appel d'offres, en violation des règles sur les marchés publics. La direction actuelle de l'asbl, en place depuis août 2017 seulement, assure ne pas savoir pour quelle raison."

Et cette convention a été indexée. Ainsi, Altera Via (et donc Michel Leroy) a été payée l'an dernier 1000 euros par jour. Hors TVA. "Soit 270.000 euros pour l'année."

Signés tour à tour par les échevins PS

De tels contrats nécessitent une signature de l'autorité politique concernée. Durant les 18 ans, ils ont tous été signés par l'échevin bruxellois en place : successivement, Carine Vyghen, Freddy Thielemans, Marie-Paule Mathias et Karine Lalieux. Tous membres du parti socialiste.

Les conclusions de l'audit de GIAL, datées d'octobre 2017, ont notamment "épinglé ce contrat entre GIAL et Altera Via, le jugeant problématique au regard de la loi". Résultat : le contrat avec Altera Via a été cassé en décembre.

>> À lire aussi : "Une affaire qui va à nouveau ternir l'image de Bruxelles"

"On peut travailler avec un consultant payé à ce prix-là pendant une ou deux semaines, mais pas pendant dix-huit ans", a confirmé auprès du Vif l'administratrice déléguée de GIAL, Mary-Odile Lognard, en place depuis août 2017. 

Bien que le contrat ait été suspendu, Michel Leroy figure encore aujourd'hui, en tant que directeur, dans l'organigramme de l'entreprise disponible sur le site internet de GIAL.