RTBFPasser au contenu

Exposition - Accueil

Un coffre japonais de Mazarin adjugé 7 millions d'euros pour le compte du Rijksmuseum

Un coffre japonais de Mazarin adjugé 7 millions d'euros pour le compte du Rijksmuseum
09 juin 2013 à 15:421 min
Par ved

Mis à prix 200.000 euros, ce coffre, réalisé au Japon au début de l'ère Edo entre 1630 et 1640, a été retrouvé en début d'année alors qu'il servait de... mini-bar chez son propriétaire français.

A l'arrivée, il s'agit de "l'enchère la plus importante de l'année en France", ont annoncé les organisateurs de la vente, les commissaires-priseurs Philippe et Aymeric Rouillac.

"Les conservateurs du Rijksmuseum ont eu l'intelligence de réunir les plus grands mécènes de leur pays" pour permettre cette acquisition, ce qui n'a pas été le cas en France, a commenté Me Rouillac.

En laqué or, argent et nacre sur fond noir sur près de 9m2, ce coffre avait été considéré comme perdu depuis les bombardements de Londres en 1941.

Il a été retrouvé en janvier dernier dans le Val de Loire, où il faisait office de bar depuis une vingtaine d'années.

Me Philippe Rouillac est alors contacté par des enfants qui souhaitaient vendre la maison de leurs parents et faire estimer différents meubles et objets, a-t-il expliqué.

Au moment de l'apéritif, l'attention du commissaire-priseur est attirée par un meuble transformé en mini-bar.

L'expert fait très vite le rapprochement avec un des quatre coffres du cardinal Mazarin, dont on avait perdu la trace depuis 1941. Des photos de la fin du XIXe siècle en confirment l'origine.

Acheté en 1658 par Mazarin, alors Premier ministre et parrain de Louis XIV, le meuble restera jusqu'en 1802 dans la famille du cardinal italien -il s'appelait Giuilio Mazzarini et était né en 1602 dans les Abruzzes.

Après la Révolution française, ce coffre est exposé dans les plus grandes collections en Angleterre. "On suit sa trace jusqu'en 1941. Et ensuite, plus rien avant cette découverte en Val de Loire", raconte M. Rouillac.

Le meuble avait été acheté dans les années 1970 par le père des enfants à son propriétaire londonien.


Belga

Articles recommandés pour vous