RTBFPasser au contenu
Rechercher

Régions Brabant wallon

Un carnaval de Nivelles en formule réduite dimanche : "On préfère offrir du mimosa que du muguet !"

Daniel Heymans, le président de la société des Gilles de l’Argayon, a opté pour un costume de fantaisie ce dimanche.

Daniel Heymans doit encore mettre la touche finale au "ramon" qui complétera son costume pour dimanche. Le président des Gilles de l’Argayon et les membres de sa société ont préféré le costume de fantaisie au traditionnel costume de gilles. "Jusqu’au 23 février après-midi, on ne savait pas ce qui nous attendait. C’était compliqué de tout organiser, d’aller chez les louageurs… On a donc préféré avoir plus de membres qui sortent dans la société, que seulement quelques-uns en gilles. Mais je respecte la décision de tout le monde", nous dit le Nivellois. Ils seront ainsi 65 sur les 80 que compte la société à sortir ce dimanche, et n’auront pas dû engager de gros frais en dernière minute. La société préfère aussi se réserver pour ses quarante ans, qui seront célébrés l’année prochaine.

Code orange en vigueur, quelle que soit la décision du Codeco

Initialement reporté au mois de mai, le carnaval de Nivelles aura finalement lieu ce dimanche en formule réduite : un seul jour de festivités, pas de cortège ni de rondeau, pas de réception à l’hôtel de ville… Et pas d’oranges, pour ne pas mobiliser les services communaux. La Ville a en fait confié le carnaval aux sociétés folkloriques, qui pourront sortir et déambuler toute la journée, moyennant le respect du code orange, toujours en vigueur à l’heure où nous écrivons cet article. "Nous avons conclu un pacte avec la Ville comme quoi nous respections le code orange, qui prévoit notamment le contrôle du CST, et cela même si l’on passe en jaune lors du Codeco de vendredi, insiste le président. C’est plus facile pour tout le monde, pour la police, la Ville, et même pour nous, comme nous ne devons pas changer en dernière minute". Et si ce carnaval aclot 2022 s’annonce minimaliste, il préfère ça à toute autre formule : "Offrir du muguet en mai au lieu du mimosa, ça ne nous intéressait pas trop, plaisante-t-il. On a trouvé un bon compromis avec la Ville, qui a été compatissante à notre égard".

On reviendra sur terre lundi matin

Même s’il ne portera pas l’apertintaille ni son panier d'oranges cette année, ce gille a déjà des fourmis dans les jambes à l’idée de danser enfin au son des tambours sur les pavés des rues de sa ville. "Je me sens soulagé, mais aussi nerveux que les autres années ! Ça va être la fête. Même si ça ne va durer qu’un jour, on va en profiter au maximum", confie-t-il. Et même si le cœur n’est pas à la fête pour tout le monde, au moment où les yeux sont tournés vers la guerre en Ukraine, il voit ce carnaval comme une parenthèse de gaîté dans une période fort sombre. "C’est la première fois qu’on sort alors qu’une guerre est à nos portes, c’est vrai, reconnait-il. Mais on va l’oublier pendant 24 heures. On reviendra sur terre lundi matin". 

Articles recommandés pour vous