L'agenda Ciné

Un beau matin un film de Mia Hansen-LØve avec Léa Seydoux, Melvil Poupaud, Pascal Greggory et Nicole Garcia

© Copyright Les Films du Losange

18 oct. 2022 à 04:00Temps de lecture2 min
Par L'Agenda Ciné

Une histoire simple

Sandra vit à Paris, élève seule sa fille de huit ans depuis la mort de son mari cinq ans plus tôt et travaille comme interprète.

Chaque jour elle rend visite à son père Georg, un homme cultivé, ancien prof de Philosophie atteint d’une maladie neurodégénérative qui petit à petit et irrémédiablement lui fait perdre le sens de l’orientation, le fil de ses idées et altère sa vue. Très attachée à son père, Sandra peut compter sur l’aide de sa sœur et de sa mère Françoise, pourtant séparée depuis des années de Georg.  Mais au vu de la situation, qui ne va pas et qui n’ira pas vers un mieux, la décision est finalement prise de placer Georg dans une maison de retraite.  

C’est à ce moment douloureux de sa vie que Sandra rencontre par hasard Clément, un ami perdu de vue, désormais marié et père d’un garçon, et dont elle va tomber amoureuse…

© Copyright Les Films du Losange

Ainsi va la vie…

Comme souvent, Mia Hansen-Løve, s’inspire pour ses films de sa vie et de ses expériences, traitant ici du vieillissement de nos proches, de la fin de vie et des liens familiaux. Il est question à travers le personnage de Sandra de tous ces petits deuils que la vie exige de nous, en l’occurrence quand nos parents (que l’on ne voit jamais vieillir !) dépendent un beau jour de nous et que d’une certaine manière les rôles s’inversent.

À cette fin qui approche, s’annonce la naissance d’un amour : celui qui s’impose entre Sandra et Clément et que la jeune femme n’attendait pas (plus ?). Mais qui s’accompagne pour les deux amants d’une culpabilité : pour elle, de se priver d’instants précieux avec son père, et pour lui de trahir et d’abandonner sa femme et son fils.  

Qu’il s’agisse du déclin de Georg, de l’impuissance douloureuse de Sandra, de la valse-hésitation de Clément, du parcours pour choisir une maison de retraite, des élans du cœur (et du corps !), de la trivialité de l’amour adultère… il y a toujours chez la réalisatrice française cette même délicatesse et cette même douceur à montrer la réalité des choses. 

Autant de situations et de sentiments, qui ne peuvent que toucher au cœur, rehaussés qu’ils sont par l’interprétation d’une grande justesse de Léa Seydoux, Melvil Poupaud et Pascal Greggory. On savourera également la note d’humour qu’apporte Nicole Garcia dans le rôle de la très pétulante ex-femme de Georg.

Un beau matin est un très beau film que l’on vous recommande chaudement.  

Inscrivez-vous à la newsletter l'agenda Ciné

Recevez chaque semaine un condensé des sorties cinéma de la semaine, les actus de vos acteurs préférés, des concours.

Articles recommandés pour vous