RTBFPasser au contenu

Chroniques

Un baromètre pour les gouverner tous

Un baromètre pour les gouverner tous

Baromètre ou pas baromètre pour gérer la crise covid ? La question sera tranchée en codeco ce matin. L’idée suscite beaucoup de réticences. Il se peut qu’elle soit déjà dépassée par les faits.

Une idée déjà morte…

D’où vient-elle au fond cette idée de baromètre que presque qu’aucun pays au monde n’applique ? Elle a été évoquée pour la première fois au moment de la mise en place du gouvernement vivaldi face à la deuxième vague. A l’automne 2020. A l’époque, la gestion de crise se cherche, le gouvernement devait trouver sa place. Le contexte était dominé par l’attitude de déni de certains politiques, de certains experts “alternatifs” diffusant une musique rassurante et d’une population encore trop peu consciente des risques.

L’idée d’un baromètre qui puisse permettre à la population de "voir venir" l’épidémie, s’y préparer grandit. L’objectif est aussi que les décideurs soient contraints à agir par un système scientifiquement validé et qu’ils puissent s’extraire plus facilement des intérêts électoralistes et des groupes de pression. C’était il y a un an et demi, et à l’époque celui qui recale le baromètre, c’est Frank Vandenbroucke. Étant parvenu à imposer largement sa ligne à ses partenaires en maîtrisant la deuxième vague, il n’avait plus besoin de s’enfermer dans un instrument de contrainte décisionnelle.

…Et de retour d’outre-tombe.

Le baromètre est donc enterré mais il ressort de la tombe il y a quelques mois. Avec la quatrième vague et surtout avec la cohorte catastrophique des quatre codeco de fin d’année. Les décideurs hésitent, communiquent mal, décident mal et se retrouvent face à une bronca du monde de la culture et une incompréhension généralisée. Là le même Frank Vandenboucke fragilisé politiquement, ressort l’idée du baromètre du placard afin de pouvoir retrouver une légitimité dans la prise de décision. Retrouver aussi une autorité perdue sur ses partenaires dans les régions et au gouvernement.

Politiquement, le baromètre est un outil de légitimation de l’autorité politique en temps de crise. C’est aussi un outil de légitimation de Frank Vandenbroucke. Beaucoup de points posent problème. Tant les seuils qui sont évoqués, que le caractère contraignant des seuils et ce qu’ils impliquent pose problème. Faut-il passer du jaune au rouge à 500 lits, ou plutôt 600 lits ? Est-ce que passer du vert à l’orange entraîne automatiquement certaines décisions ? Enfin quelles décisions sont liées à un seuil : masque en rue, fermetures des boîtes de nuit, heure de fermeture dans l’horeca ?

A cette discussion de fond, se surajoute la dimension belgo-belge. Qui doit décider ? Du point de vue des entités fédérées, un baromètre risque de donner trop de pouvoir au fédéral. Dans les régions et au sein de la fédération Wallonie Bruxelles ce baromètre à tout de l’anneau de Sauron, qui a forgé un anneau unique pour les gouverner tous.

Sus à l’arbitraire

Grâce à un baromètre, le politique veut se départir de cette impression d’arbitraire qui a été particulièrement présente ces derniers mois et retrouver de l’adhésion. C’est louable, mais l’idée du baromètre est dépassée par les faits. On voit que durant cette épidémie les conditions épidémiologiques ont été très fluctuantes, l’acceptabilité sociale des mesures aussi. Il y a deux ans une grande majorité d’entre nous acceptait le confinement, de la bulle sociale, ce n’est plus le cas aujourd’hui.

Pour éviter l’arbitraire auquel il prétend échapper le baromètre devrait donc être régulièrement mis à jour en fonction de la situation épidémiologique et mis à jour en fonction de l’acceptation sociale des mesures. Mais un baromètre qui s’adapte souvent, est-ce encore un baromètre ?

Chassé par la porte, l’arbitraire reviendra par la fenêtre. On n’échappera pas à la politique dans la gestion de cette crise. On n’échappera pas à la nécessité de justifier les mesures dans la complexité de la situation belge en fonction de la situation sanitaire, de l’état des connaissances scientifiques et de la situation sociale.

Sur le même sujet

06 févr. 2022 à 15:27
1 min
22 janv. 2022 à 15:49
3 min

Articles recommandés pour vous