RTBFPasser au contenu

Etcetera

Un Américain simule sa propre mort et réapparaît deux ans plus tard dans un hôpital écossais

Un Américain simule sa propre mort et réapparaît deux ans plus tard dans un hôpital écossais
13 janv. 2022 à 14:242 min
Par Cynthia Deschamps

Nicholas Alahverdian a rendu son dernier souffle le 29 février 2020 avec sa femme, ses deux enfants et sa famille élargie à son chevet, alors que la musique du compositeur Alan Silvestri jouait en fond sonore. Ses derniers mots ont été : "N’ayez pas peur et courez vers la félicité du soleil", selon sa nécrologie, qui mentionne un lymphome non hodgkinien (LNH) comme cause du décès.

Du moins, c’est ce qu’il voulait faire croire.

En fait, les autorités affirment qu’Alahverdian, dont le nom de famille réel est Rossi, a inventé le diagnostic du cancer et simulé sa mort pour dissimuler sa fuite en Écosse. L’homme de 34 ans tentait d’échapper à une arrestation pour fraude et agression sexuelle dans au moins deux États des États-Unis, selon le bureau du procureur du comté de l’Utah.

"Il est certainement passé par des moyens élaborés pour se cacher", a déclaré David Leavitt, le procureur du comté, dans une interview accordée au Washington Post. "Je pratique le droit, à la fois comme procureur et comme avocat de la défense, depuis 30 ans… C’est une première."

Retrouvé grâce à l’ADN

Les forces de l’ordre ont retrouvé Rossi parce qu’il était cette fois-ci réellement proche de la mort. Il y a environ un mois, Rossi s’est fait admettre dans un hôpital de Glasgow pour un cas grave de coronavirus et a été placé sous respirateur, a déclaré au Providence Journal Robert A. Creamer, de la police d’État de Rhode Island.

Le personnel hospitalier a rapidement appris que Rossi, qui se faisait appeler Arthur Knight, était recherché par Interpol, a rapporté le Scottish Sun. Il a été arrêté le mois dernier et fait l’objet d’une procédure d’extradition vers l’Utah.

Environ un an après la mort présumée de Rossi, le Providence Journal a rapporté que la police de l’État ne pensait pas qu’il était mort et qu’elle le recherchait activement. Elle affirmait qu’il fuyait le FBI, qui l’avait interrogé au sujet d’une plainte pour fraude déposée contre lui dans l’Ohio. Peu après, Rossi annonçait qu’on lui avait diagnostiqué un lymphome non hodgkinien à un stade avancé, affirmant qu’il ne lui restait que quelques semaines à vivre.

Loading...

Selon le Providence Journal, il faisait également l’objet d’un mandat d’arrêt à Rhode Island pour ne pas s’être enregistré comme délinquant sexuel. En 2008, Rossi a été condamné pour deux agressions sexuelles dans l’Ohio. Les preuves génétiques dans cette affaire n’ont toutefois pas été enregistrées dans une base de données génétiques nationale avant 2017.

En 2020, les enquêteurs du comté ont appris que l’ADN de l’affaire de 2008 correspondait à celui d’une agression sexuelle récente dans l’Utah, a déclaré Leavitt, le procureur du comté. Les enquêteurs ont ensuite découvert que Nicholas Rossi "était un suspect dans un certain nombre d’infractions similaires dans l’Utah et à travers les États-Unis après [un premier] incident en 2008".

Loading...

Collaboration fructueuse

Le procureur du comté a fait remarquer que Rossi aurait pu continuer à échapper aux forces de l’ordre si les différentes agences n’avaient pas travaillé ensemble.

"Vous avez une affaire de viol dans l’Utah et grâce à une collaboration assez ingénieuse et massive entre les entités chargées de l’application de la loi, nous trouvons un suspect dans un hôpital en Écosse", a déclaré Leavitt au Washington Post. "Il n’y a absolument aucune chance au monde que nous soyons en mesure de traduire cette affaire en justice sans ces efforts."

Rossi, qui s’est fait un nom dans le Rhode Island en tant que critique véhément du système de protection de l’enfance, a également fait l’objet de plaintes pour fraude et extorsion dans l’Utah et l’Ohio, ont indiqué des responsables.

Sur le même sujet

22 nov. 2021 à 06:18
5 min
18 nov. 2021 à 13:37
1 min

Articles recommandés pour vous