RTBFPasser au contenu

Littérature

“Ultramarins” : récit d'une baignade paranormale

“Ultramarins” : récit d'une baignade paranormale

"Il y a les vivants, les morts, et les marins"   c'est sur cette phrase inspirée d'Aristote que commence le roman de Mariette Navarro. Ancré par cette citation inquiétante, "Ultramarins" nous entraîne dans l'océan pour un récit nautique délicieusement imprévisible, où tout semble possible et où tout semble se jouer. 

C'est sur la route des Antilles que le roman nous prend à son bord, sur un navire chargé de marchandises. Y résident pour le temps du voyage une vingtaine d'hommes, qui travaillent sous les ordres d'une femme. Fille de capitaine mais surtout fille de l'océan, l'héroïne d'"Ultramarins" a renoncé aux plaisirs terrestres pour ceux des navires, qu'elle dirige avec autorité et sang-froid. Mais tout bascule lorsqu'un membre de son équipage soumet une idée saugrenue : plonger dans l'océan.

Contre toute attente, contre toute logique et contre toute prudence, elle ordonne d'arrêter le bateau pour que ses hommes puissent se jeter à l'eau, à plusieurs milliers de kilomètres de toute plage. 

Cet instant de folie délicieux, une anomalie complète dans leur routine millimétrée, ouvre une brèche au travers de laquelle le surnaturel s'immisce discrètement mais sûrement : le plaisir du plongeon laisse place à une inquiétude, à un sentiment de vertige. Avec des phrases nettes mais chargées de poésie, Mariette Navarro évoque le trouble qui les saisit devant cette perte de contrôle, mais aussi la liberté qui les gagne.

Bientôt, c'est nous qui sommes privés de repères, le récit adoptant une forme de plus en plus cryptique. Navarro préfère l'ambiguïté à la limpidité — au risque peut-être de créer une certaine frustration à force de mystères. Invitation à rompre avec le réel, "Ultramarins" n'a de cesse de nous déconcerter — prenant un malin plaisir à nous entraîner à la dérive. Pour en profiter pleinement, il faut s'y plonger tout entier, en se dévêtant de sa rationalité : c'est la meilleure manière de s'immerger dans ce roman retors. 


"Ultramarins" de Mariette Navarro, Éditions Quidam, 145 p.
 

Sur le même sujet

24 janv. 2022 à 10:51
2 min
21 janv. 2022 à 07:57
6 min

Articles recommandés pour vous