RTBFPasser au contenu
Rechercher

Monde

Ukraine : les bourses mondiales chutent face à un risque de conflit majeur

Trader travaillant à Wall Street à New York.
22 févr. 2022 à 13:25Temps de lecture2 min
Par Agences

La bourse de Moscou plonge

La Bourse russe s'est enfoncée mardi matin, avant de se reprendre quelque peu en fin de matinée. Les indices ont plongé entre 8 et 11% à l'ouverture, après la reconnaissance par Moscou de l'indépendance des régions séparatistes ukrainiennes prorusses, en pleine crise russo-occidentale.

L'indice principal de la Bourse de Moscou, le RTS (libellé en dollars), a plongé de 10,8% à 8h13, et de 32,5% depuis le début de l'année. L'IMoex, libellé en roubles, a chuté de 8,8%. La devise russe, qui a dévissé nettement lundi soir, était également quelque peu mise à mal ce mardi.

A 8h00, le rouble s'échangeait à 90,58 pour un euro et à 80,12 pour un dollar, légèrement en dessous des derniers records de 90,8 pour un euro et de 80,4 pour un dollar, établis le 26 janvier. Le président russe Vladimir Poutine a reconnu lundi l'indépendance des séparatistes pro-russes de l'est de l'Ukraine, en mettant le feu aux poudres dans un contexte de vives tensions avec les Occidentaux qui ont aussitôt dénoncé cette décision et promis des sanctions contre la Russie.

Bourse de Bruxelles : le Bel 20 marque le coup avant de limiter la casse

L'évolution de la crise ukrainienne a fait chuter les marchés européens de plus de deux pour cent mardi matin, ceux-ci limitant ensuite les pertes tout comme le Bel 20. Vers 11 heures, celui-ci s'inscrivait à 3.934 points, en baisse de 0,9%, avec tous ses éléments en baisse, emmenés par Proximus (18,19) et KBC (71,58) qui abandonnaient 2,5% et 2%.

L'euro s'inscrivait à 1,1333 USD dans la matinée de mardi, contre 1,1335 la veille vers 16h30.  L'once d'or gagnait 5,65 dollars, à 1.900,90 dollars, et le lingot se négociait autour de 53.840 euros, en progrès de 170 euros.

Les bourses européennes rencontres des difficultés à l'ouverture

Les bourses européennes ont elles-aussi ouvert en forte baisse mardi, craignant le conflit majeur entre l'Ukraine et la Russie.

Dans les premiers échanges, la Bourse de Paris perdait 1,61%, à 6.678,72 points, celle de Francfort 2,13%, celle de Londres 1,20% et celle de Milan 2,25%. L'indice Eurostoxx 50, référence européenne, cédait quant à lui 1,79%. A Bruxelles, l'indice Bel 20 reculait de 1,3% vers 9h30, à 3.917,09 points.

La Bourse de Paris plombée par le risque de conflit majeur en Ukraine

La Bourse de Paris évoluait en forte baisse ce mardi, tout comme les autres places européennes, sur fond d'aggravation de la situation en Ukraine. Lundi, l'aggravation des tensions avait déjà poussé la cote parisienne nettement dans le rouge (-2,04%).

Vers 09H30 (08H30 GMT), la Bourse de Paris perdait 1,01% à 6.619,47 points, celle de Francfort 1,61% et celle de Milan 1,30%. L'indice Eurostoxx 50, référence européenne, cédait quant à lui 1,26%.

Le président russe a ordonné lundi à son armée d'entrer dans les territoires séparatistes de l'Est de l'Ukraine après avoir reconnu leur indépendance.

La Bourse de Tokyo ouvre en baisse de 2%

L'indice vedette Nikkei de la Bourse de Tokyo a ouvert mardi en baisse de 2%, après l'annonce par Vladimir Poutine de l'envoi de troupes russes dans deux régions séparatistes de l'Est ukrainien, dont le Kremlin vient de reconnaître l'indépendance.

Ces décisions font encore davantage redouter une guerre ouverte entre Moscou et Kiev, et le déclenchement de sanctions occidentales potentiellement importantes contre les intérêts russes dans le monde.

Vers 00H20 GMT le Nikkei ralentissait un peu ses pertes, lâchant 1,72% à 26.446,89 points, tandis que l'indice élargi Topix perdait 1,26% à 1.886,54 points.

Enfin, la Bourse de New York elle est restée fermée lundi en raison d'un jour férié aux Etats-Unis.

Crise ukrainienne: JT du 22/02/2022

Ukraine : coup de force de Vladimir Poutine

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

Guerre en Ukraine : les Bourses ouvrent en hausse, le prix du pétrole aussi

Economie

Wall Street termine la semaine en berne, plombée par la guerre en Ukraine

Economie

Articles recommandés pour vous