Monde

Ukraine, Iran, Yémen au menu des ministres du G7 en Allemagne

Ukraine, Iran, Yémen au menu des ministres du G7 en Allemagne

© JOHN MACDOUGALL - BELGAIMAGE

14 avr. 2015 à 18:31Temps de lecture1 min
Par Belga News

Sur la crise ukrainienne, Frank-Walter Steinmeier s'est félicité devant des journalistes du "résultat tout à fait encourageant" enregistré selon lui au cours d'une longue réunion avec ses homologues du format dit Normandie (Allemagne, France, Russie, Ukraine) lundi soir à Berlin.

La réunion s'est soldée notamment par un appel à un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine, où les combats entre l'armée et les rebelles prorusses ont fait plus de 6000 morts en un an.

Le risque de nouvelles entorses au cessez-le-feu conclu en février dernier à Minsk va être réduit grâce au "retrait de nouvelles catégories d'armes de la zone de conflit", a affirmé le ministre allemand avant d'accueillir ses homologues de cinq autres grandes puissances économiques de la planète (Canada, France, Italie, Japon, Royaume-Uni), un sixième, le secrétaire d'Etat américain John Kerry, étant attendu seulement mercredi.

Le G8, qui incluait la Russie, s'est transformé en G7 depuis l'exclusion de ce pays, consécutive à l'annexion de la Crimée l'an dernier.

Sur la question du programme nucléaire iranien, Frank-Walter Steinmeier a jugé qu'il était "trop tôt pour faire des pronostics" quant à la réussite de la mise en oeuvre de l'accord-cadre conclu le 2 avril en Suisse entre Téhéran et le groupe de pays 5+1 (Chine, Etats-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Allemagne). "C'est une bonne base pour tenter maintenant d'obtenir un vrai contrat d'ici au 30 juin", a-t-il affirmé.

Cet accord-cadre doit permettre certaines activités nucléaires civiles iraniennes avec la garantie qu'elles resteront exclusivement pacifiques, contre la levée des sanctions internationales. Le ministre iranien des Affaires étrangères Javad Zarif a annoncé mardi la reprise des discussions le 21 avril.

Frank-Walter Steinmeier a souligné que la crise au Yémen, où une offensive de rebelles chiites, soutenus par Téhéran, a provoqué la fuite du président Abd Rabbo Mansour Hadi, serait également abordée à cette réunion mardi et mercredi à Lübeck, une cité portuaire pittoresque et touristique.

Sur ce dossier, "nous sommes au tout début de nos efforts de paix", a-t-il souligné.

Belga

Sur le même sujet

Munich: des dizaines de milliers de personnes manifestent contre le G7

Monde

G7: pour la levée des sanctions, Moscou doit respecter les accords de Minsk

Monde