RTBFPasser au contenu
Rechercher

Journal du classique

Ukraine : des musiciens donnent un concert dans le métro de Kharkiv, pour "continuer à vivre" malgré l’invasion russe

28 mars 2022 à 09:33Temps de lecture3 min
Par Musiq3 avec AFP

Ce samedi 26 mars dernier, les notes de musique classique ont résonné dans une des stations du métro de Kharkiv et dans le cœur de la poignée de spectateurs. Cinq musiciens ukrainiens ont décidé de faire fi des bombardements et du danger, et ont donné un concert d’une demi-heure dans le métro de la seconde ville d’Ukraine, fortement touchée par les bombardements russes depuis un mois.

"Même quand les armes parlent, la musique ne s’arrête pas"

La musique comme arme de résistance dans la ville de Kharkiv. Nous vous parlions il y a quelques jours du violoncelliste Denys Karachevtsev, qui a diffusé sur ses réseaux sociaux des vidéos de lui jouant de son instrument dans les rues dévastées de sa ville. Ce samedi 26 mars, Denys Karachevtsev a retrouvé quatre autres musiciennes et musiciens ukrainiens dans le métro de Kharkiv pour un concert donné devant un public restreint mais ému. Une initiative des organisateurs du Kharkiv Music Fest, qui devait s’ouvrir ce samedi 26 mars.

Trois violonistes, un violoncelliste et un contrebassiste ont joué pour quelques dizaines de personnes, pendant une demi-heure, dans l’une des grandes stations de métro de la deuxième ville d’Ukraine, proche de la frontière russe.

Sous terre, protégés des roquettes et des missiles à longue portée, ces jeunes musiciens, âgés de 20 à 35 ans, ont interprété successivement l’hymne national ukrainien, un extrait de la troisième suite de Jean-Sébastien Bach, des Humoresques d’Antonin Dvorak, et plusieurs airs du folklore populaire ukrainien.

Ils ont ensuite joué une mélodie de Myroslav Skoryk – compositeur ukrainien décédé en 2020 – souvent utilisée par le président Volodymyr Zelensky dans ses vidéos et messages diffusés sur les réseaux sociaux.

Le mini-concert s’est déroulé sur un escalier de marbre d’une station à l’atmosphère de cathédrale, sous le regard réjoui de nombreux déplacés. Des dizaines de familles vivent là depuis le début de l’invasion russe le 24 février, fuyant la guerre en surface et dormant dans de vieux wagons immobilisés sur les quais.

"Quand notre cœur est rempli, cela nous aide à surmonter les temps difficiles", a lancé Serguiï Politoutchy, directeur du Kharkiv Music Fest – l’un des plus prestigieux festivals de musique d’Ukraine – à l’origine de cette initiative.

Malgré le bruit des armes, "la musique ne s’arrête pas", dit-il. "Ce mini-concert, c’est le symbole de la lumière qui vaincra les ténèbres, la vérité qui triomphera du mensonge […] L’organisation était un peu compliquée du fait de la sécurité, mais nous y sommes arrivés !", s’est-il félicité.

"C’était peut-être le meilleur concert de ma vie"

Avec leur escorte en armes, le gouverneur de la région de Kharkiv, Oleg Sinegoubov, et le maire de la ville Igor Terekhov, ont assisté au récital.

"Il y a un mois, nous ne pouvions pas imaginer que nos militaires et nos citoyens pourraient, main dans la main, protéger la ville […]. En ces temps de guerre, nous travaillons tous ensemble pour la victoire, ce concert montre que nous sommes sur la bonne voie", s’est réjoui M. Terekhov.

Parmi les cinq musiciens, le violoncelliste professionnel Denys Karachevtsev, dont les vidéos le montrant en train de jouer devant les bâtiments de Kharkiv détruits par les bombes ont fait le tour des réseaux sociaux ces derniers jours, comme un moment presque magique entre deux alertes.

"C’était juste une idée, pour être utile à mon peuple, à mon pays et à ma ville natale. J’aime cette ville, ses habitants. Tout ce que je peux faire pour aider, je le ferai", déclare-t-il à l’AFP. "Des gens m’ont dit que mes vidéos ont ramené un peu de normalité dans leur vie. C’est important en ce moment. […]. Nous n’avons pas peur, nous sommes forts et chacun peut aider à sa manière".

D’autres musiciens ukrainiens ont partagé sur les réseaux sociaux des parenthèses musicales : la violoniste Vera Lytovchenko dans son abri à Kharkiv, la pianiste Irina Manioukina dans sa maison endommagée près de Kiev, ou des membres de l’opéra d’Odessa, devant leur salle protégée par des sacs de sable.

"Tout le monde est venu chez moi pour une unique répétition", raconte, radieuse, Tatiana Choukh, l’une des trois violonistes de ce mini-concert de Kharkiv.

"Lors des premiers jours de la guerre, c’était en moi un silence total. Puis j’ai compris que nous devons continuer à vivre, pour nos idéaux, pour notre pays, pour notre futur", dit-elle.

"Jouer de nos instruments est ce que nous savons faire de mieux, nous le ferons dans toutes les circonstances". Et d’ajouter dans un grand sourire éclairant ses yeux embués : "peut-être était-ce le meilleur concert de ma vie".

Dans Kharkiv en guerre un concert pour "continuer à vivre" malgré l'invasion russe

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Sur le même sujet

L’Opéra national de Kiev a rouvert ses portes

Journal du classique

Guerre en Ukraine : le chef d’orchestre Vasily Petrenko aide sa famille ukrainienne à fuir le pays

Journal du classique

Articles recommandés pour vous