RTBFPasser au contenu

Monde

Ukraine: affrontements et blessés pendant la manifestation contre les lois répressives

Ukraine: affrontements et blessés pendant la manifestation contre les lois répressives
19 janv. 2014 à 11:001 min
Par Belga News

Après la manifestation, certains protestataires qui tentaient de franchir un cordon de policiers pour se rendre vers le Parlement se sont emparés de fourgons de police et ont mis le feu à l'un d'eux. Ils lançaient aussi des cocktails Molotov sur les forces de l'ordre, qui répondaient par du gaz lacrymogène et des coups de matraque. Au moins deux personnes ont été blessées dans les affrontements, l'une d'elles ayant reçu un éclat de grenade assourdissante dans les jambes et l'autre un projectile sur la tête. Le boxeur et leader de l'opposition Vitali Klitschko tentait pour sa part de s'interposer et appelait la foule à ne pas provoquer la police.

Les manifestants ont afflué sur la place aussi baptisée Maïdan, occupée depuis près de deux mois par des opposants pro-européens après le refus du président Viktor Ianoukovitch de signer un accord d'association avec l'Union européenne au profit d'un rapprochement avec la Russie. Des dizaines de manifestants portaient sur la tête des casseroles, des passoires ou encore des boîtes en carton, ou avaient revêtu des masques de carnaval, en signe de dérision face à l'une des nouvelles lois adoptées en fin de semaine qui sanctionne les personnes manifestant avec un masque ou un casque sur la tête. Les chefs de file de l'opposition ont appelé à cette manifestation, la huitième depuis le début de la contestation contre le président Viktor Ianoukovitch, malgré un jugement rendu mercredi interdisant toute manifestation dans le centre de Kiev jusqu'au 8 mars.

 

Les nouvelles lois introduisent ou renforcent les sanctions à l'encontre des manifestants et obligent, comme en Russie, les ONG bénéficiant de financements occidentaux à s'enregistrer en tant qu'"agents de l'étranger". Ce terme, appliqué aux opposants réels ou supposés à l'époque stalinienne, a refait surface dans la législation russe en 2012, après une vague de contestation du pouvoir du président Vladimir Poutine. Les Occidentaux ont mis en garde les autorités ukrainiennes contre ces textes et l'opposante emprisonnée et ex-Premier ministre Ioulia Timochenko a dénoncé l'instauration d'une "néo-dictature".

RTBF, avec Belga

Articles recommandés pour vous