Monde

Naufrage en Italie: trois morts, environ 40 personnes encore recherchées

Le bateau s'est échoué au large de la Toscane.

© AFP

13 janv. 2012 à 23:31 - mise à jour 14 janv. 2012 à 21:04Temps de lecture4 min
Par AFP

Une quarantaine de personnes figurant sur les listes des occupants du navire de croisière Costa Concordia qui a fait naufrage dans la nuit de vendredi à samedi devant une île de Toscane n'ont pas encore été retrouvées par les sauveteurs, a indiqué la capitainerie du port de Livourne, qui coordonne les secours, selon l'agence Ansa.

La différence entre les personnes identifiées à terre et les chiffres des passagers et de l'équipage embarqué s'est établi à environ 40 personnes mais on ne peut pas encore parler de disparus car ils pourraient "ne pas s'être enregistrés" à leur arrivée à terre, a indiqué la capitainerie.

Le commandant incarcéré

Le parquet de Grossetto a annoncé l'incarcération du commandant du navire de croisière Costa Concordia, Francesco Schettino, après le naufrage du paquebot transportant près de 4300 passagers dans la nuit de vendredi à samedi, près de l'île du Giglio, selon l'agence italienne Ansa.

La décision a été prise au terme d'un interrogatoire de plusieurs heures du commandant. Celui-ci, interviewé par la télévision en continu Tgcom24 (groupe Mediaset), avait auparavant affirmé "avoir heurté un éperon rocheux" qui ne figurait pas sur ses cartes nautiques.

Les passagers belges sont indemnes

"Six passagers belges ainsi qu'un voire deux Belges membres de l'équipage se trouvaient dans le bateau. D'après nos informations, ils sont tous indemnes. Personne -passagers ou membres de leur famille- n'a contacté les Affaires étrangères. L'intention de la compagnie de rapatrier les victimes semble donc se vérifier", a précisé le porte-parole des Affaires étrangères. 

Le porte-parole n'a pas exclu que des Italiens vivant en Belgique auraient pu se trouver dans le bateau sinistré. La compagnie s'occupera du rapatriement des passagers belges qui sont tous indemnes, a indiqué samedi matin un porte-parole du SPF Affaires étrangères.

Les trois personnes mortes apparemment par noyade dans le naufrage dans la nuit de vendredi à samedi sont deux touristes français et un membre d'équipage péruvien, a indiqué l'agence Ansa, citant la justice locale.

Les corps de ces trois personnes se trouvent à la morgue d'Orbetello, ville située en face de l'île du Giglio, et le parquet a décidé leur autopsie, selon les autorités. Le préfet de la zone a donné un bilan de "trois morts certifiés", sans exclure des disparus. Des sources sanitaires ont aussi comptabilisé une quarantaine de blessés dont deux graves.

Pas possible de quantifier précisément les disparus, estimés à 70

Concernant des disparus, le préfet de Grossetto, Giuseppe Linardi, a indiqué que "malheureusement ce n'est pas possible de les quantifier, nous saurons avec certitude s'il y en a et combien ils sont quand nous aurons fini d'inspecter le bateau". "On ne peut pas exclure à ce stade qu'il y ait des disparus, on attend le résultat de l'intervention des plongeurs pour vérifier si quelqu'un est resté (bloqué) dans la partie immergée", a-t-il expliqué. Selon lui, "comme il y a eu un grand mouvement de panique et que certaines personnes se sont jetées à la mer, il se peut que certaines n'aient pas pu être secourues".

Sur la base des données de l'armateur du Costa Concordia, il manque environ 70 personnes à l'appel mais il se pourrait qu'elles se trouvent encore sur l'île du Giglio, où a eu lieu l'accident, a indiqué le préfet local Giuseppe Linari.

La compagnie Costa Crociere a mis en place un numéro vert pour les familles des passagers: 0039 848 50 50 50.

La très grande majorité des passagers a été évacuée, selon les garde-côtes.

Plus tôt, l'armateur du paquebot avait indiqué que la phase d'évacuation était "presque terminée" et avait souligné "que pour le moment il n'était pas possible de définir les causes du problème" apparu sur le navire. "Vers 20h, le Costa Concordia, long de 290 mètres, a commencé à prendre l'eau et s'est incliné d'environ 20 degrés, ont indiqué les garde-côtes, ajoutant que la plupart des occupants avaient quitté le navire à bord de chaloupes de sauvetage".

Luciano Castro, un témoin, a indiqué par téléphone à l'agence Ansa que vers 21h30, les passagers étaient "en train de dîner quand la lumière a été coupée, un coup puis un grondement ont retenti et les couverts sont tombés par terre". Selon ce témoin, une femme enceinte s'est mise à crier et des enfants à pleurer. Quand la lumière est revenue, le commandant a annoncé une panne du générateur électrique et promis une réparation rapide. Mais des passagers se sont aperçus que le navire penchait sur un côté, avant que l'équipage n'invite tout le monde à endosser les gilets de sauvetage et à se regrouper sur le pont devant les chaloupes.

"Digne du Titanic"

Ensuite l'ordre a été donné de quitter le navire: sept brèves sonneries et une longue, selon le témoin.

Une autre passagère, Mara Parmegiani, a décrit des "scènes dignes du Titanic", avec une bousculade parmi les évacués, des cris et des pleurs. Des passagers, pressés de monter dans les canots de sauvetage, sont tombés à la mer, selon des témoins. L'une d'elles, un septuagénaire tombé dans les eaux froides de la mer tyrrhénienne, est décédée d'hydrocution. Des unités des garde-côtes et d'autres bateaux notamment les ferries entre la côte toscane et l'île de Giglio se sont rendus dans la zone pour participer à l'évacuation des passagers et de l'équipage.

Le maire de Giglio s'affairait de son côté à préparer sa petite île à l'accueil des naufragés.

"Nous essayons de les installer où nous le pouvons, dans des écoles, des garderies, des hôtels, n'importe où sous un toit", a déclaré Sergio Ortelli précisant que certains passagers passeraient la nuit dans l'église de la commune. L'armateur Costa Crociere a précisé que le bateau était parti de Savone pour une croisière en Méditerranée, avec des escales prévues à Civitavecchia, Palerme, Cagliari, Palma de Majorque, Barcelone et Marseille.

Le navire venait de quitter le port de Civitavecchia, près de Rome, lorsqu'il a rencontré des difficultés.

Des unités des garde-côtes et d'autres bateaux notamment des ferries assurant la liaison entre la côte toscane et l'île de Giglio se sont aussitôt rendus dans la zone pour participer à l'évacuation des passagers et de l'équipage.

De hélicoptères équipés de puissants projecteurs survolaient également les lieux.

RTBF avec agences

Naufrage d’un bateau en Toscane

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un paquebot s'échoue au large de l'Italie

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Naufrage: les images du sauvetage

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement