Monde

Turquie: limitation de la vente d'alcool, la mesure inquiète les laïcs

Recep Tayyip Erdogan soupçonné de mener des politiques menées par la religion musulmane

© AFP

02 juin 2013 à 06:07 - mise à jour 02 juin 2013 à 06:16Temps de lecture1 min
Par Adrien de Callataÿ
Au delà de ce projet de travaux autour de la place Taksim, il y a d'autres mesures qui inquiètent plus particulièrement les laïcs. Comme celles qui vont limiter la commercialisation de boissons alcoolisées. 
 
Ce n’est pas la première fois que le parti de la Justice et du Développement tente de limiter la consommation d’alcool. Il y a quelques années, les mairies du parti islamo-conservateur avaient essayé de faire interdire toute consommation dans les centre villes; des décrets vite cassés par la Justice.
 
Aujourd'hui, le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan est à nouveau soupçonné de mener une politique inspirée par la religion musulmane, ce dont il se défend: "Est-ce que nous avons interdit l’alcool? Non! Nous avons juste voulu l’encadrer. En fait, ces mesures existaient déjà avant nous; nous n’avons fait que les renforcer par une loi plus ferme. Mais il n’est pas question d’interdiction ou de quoi que ce soit du genre…"
 
L’interdiction touche la vente au détail à 100 mètres des écoles et des lieux de culte, dans les stations services, la nuit entre 22h et 6 heures du matin, et des publicités pour ces produits sur internet.
 
Sedat est le gérant d’un débit de boissons, pour lui la profession va en pâtir: "Beaucoup de gens vont souffrir des effets de cette loi, parce que 5 millions de personnes vivent de cette activité. Et le salaire du Premier ministre est payé par les taxes sur les boissons alcoolisées, dont le taux avoisine les 70%. Si on interdit l’alcool, ces recettes fiscales vont disparaître!"
 
Recep Tayyip Erdogan est en tout cas persuadé que la baisse de la consommation réduira délinquance et criminalité chez les jeunes, même si 83% des moins de 25 ans n’ont jamais bu une goutte d’alcool.
 
Et la décision doit entrer en vigueur dans trois mois. 
 
RTBF

Sur le même sujet

Une présentatrice turque licenciée pour un décolleté trop plongeant

Turquie: "Les manifestants veulent s'exprimer et surtout être entendus"

Monde