Belges du Bout du Monde

Les Trophées des Belges du Bout du Monde 2020 : découvrez les lauréats

Les Trophées des Belges du Bout du Monde - résultats

© RTBF

27 déc. 2020 à 08:00Temps de lecture3 min
Par Les Belges du Bout du Monde

Remise des Trophées sur La Première

Trophées
Trophées RTBF

Voici les 3 projets sélectionnés après les votes des auditeurs, des internautes et délibérations de notre jury.

Catégorie "Nature "

Le prix " Nature " récompense un projet concret qui participe à la protection de la nature et de l’environnement.

Bernard Kervyn - Fondateur de l’ONG " Mékong Plus " (Vietnam et Cambodge)

Bernard Kervyn

Le coup de pouce Mékong Plus

Bernard Kervyn est l’âme de Mékong Plus, l’ASBL qu’il a fondée il y a un quart de siècle. Cet économiste a commencé “avec un budget de 4 000 euros”, collectés “auprès de la famille et des copains”. À présent, l’ONG est active dans plus de 1 000 villages au Vietnam et Cambodge. Elle pratique le microcrédit, qui permet par exemple à une famille de créer un potager ou de commencer à élever des poulets… Un petit coup de pouce qui permet de sortir de la pauvreté.

Mékong Plus propose aussi du soutien scolaire, des initiatives pour encourager les petits fermiers à une agriculture moins polluante… Le Vietnam est des pays au monde les plus menacés par le réchauffement climatique et la hausse du niveau des mers. Cela entraîne la salinisation des eaux, qui peut pousser les fermiers à abandonner la culture du riz, pour celle de la crevette, très polluante. Au niveau économique, le pays souffre aussi fortement de la pandémie et l’association a donc lancé la fabrication de masques en tissus, afin de procurer une source de revenus alternative aux bénéficiaires.

Justin et Hélène représentent l'ong Mékong Plus
Justin et Hélène représentent l'ong Mékong Plus rtbf

Portrait

Loading...

Vietnam : Bernard Kervyn, Fondation Mékong Plus

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Catégorie "Solidarité"

Le prix " Solidarité " récompense un projet concret qui participe à la construction d’un monde meilleur et d’une société plus juste.

Sandra Rousseau - Fondatrice et directrice de l’orphelinat " Ptea Clara " (Cambodge)

Sandra Rousseau-L'Hoest

Un orphelinat pour Clara

Lorsque cette biologiste namuroise se rend en 1992 au Cambodge pour Médecins sans frontière, elle découvre les conditions de vie des enfants, dont certains sont vendus par des parents endettés, pour être exploités sous toutes les formes possibles. Elle retrouve ce Cambodge de cauchemar lorsqu’elle revient en 2002 pour adopter sa fille Clara. “Je voulais faire quelque chose pour les petites filles comme Clara, pour éviter qu’elles ne partent dans les réseaux de prostitution ou d’autres. Depuis 1992, je voulais sortir les enfants et les femmes des bordels.”

Le responsable de l’orphelinat où se trouvait Clara suggère alors à Sandra Rousseau de créer sa propre structure. “Ptea Clara” (La maison de Clara, en khmer) sera inaugurée en 2009. Le premier objectif est d’aider les familles à scolariser leurs enfants et le deuxième, d’accueillir une cinquantaine d’enfants confiés, abandonnés ou en danger dans leur famille. Ptea Clara a aussi ouvert une crèche, afin de permettre aux mères d’aller travailler : “nous menons aussi un travail auprès de la communauté.”

Sandra Rousseau
Sandra Rousseau rtbf

Portrait

Loading...

Cambodge : Sandra Rousseau, Fondatrice de l'orphelinat 'Ptéa Clara'

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Catégorie "Culture et Art de Vivre"

Le prix "Culture et Art de Vivre" récompense un artiste, une œuvre, une initiative favorisant les échanges entre la Belgique et l’étranger ou mettant en valeur la mode, l’architecture ou la gastronomie (belge) à l’étranger, tout en privilégiant les échanges avec les populations locales.

Benoît Debert - Luthier (France, Bretagne)

Benoît Debert

La création ultime

"Un coup de foudre”. C’est ainsi que Benoît Debert décrit sa découverte, à 15 ans, du métier de luthier, alors qu’il vient faire réparer son violon dans une lutherie en Belgique. “La lutherie, c’est un travail des matières ; le bois, le vernis… On fait aussi le réglage de l’instrument… Qui est quelque chose de vivant ! Il faut le chouchouter, le bichonner.” Cependant lorsqu’il ouvre sa première boutique à Bruxelles, la rentabilité n’est pas au rendez-vous, vu le grand nombre de luthiers.

Au même moment, l’épouse de Benoît regrette sa Bretagne natale. “C’était le bon moment pour partir à l’aventure”. Depuis environ 4 ans, il est donc installé dans les environs de Saint-Brieuc. Ici, inutile de dire que la concurrence n’est pas la même qu’à Bruxelles ! Il fait surtout des réparations et de l’entretien, pour des amateurs de musique. Quant à la fabrication, un luthier construit au grand maximum dix instruments par an ; il arrive à Benoît d'en fabriquer deux chaque année. “Passer d’une planche brute à un instrument qui sonne, qui vit, qui va chanter, de mon point de vue, c’est la création ultime.”

Benoît Debert
Benoît Debert rtbf

Portrait

Loading...

 

Les portraits des 6 autres nommés sont à découvrir via lalibre.be

 

 

Adrien Joveneau et Julie Morelle

Adrien et Julie Morelle vous présentaient également en télé les trois gagnants, ceux pour qui vous avez voté sur notre plateforme www.rtbf.be/tropheesdesbelges et que vous pourrez découvrir dans notre émission spéciale réalisée à l’Atomium.

Avec la participation exceptionnelle de la Princesse Esmeralda de Belgique, Typh Barrow, Sarah Bayens, Philippe Gloaguen, Nicolas Hulot et Eddy Merckx.

Podcast de l'émission d'ouverture des Trophées des Belges du Bout du Monde

Articles recommandés pour vous