RTBFPasser au contenu
Rechercher

Actualités locales

Trop de travailleurs étrangers sous-payés, la FGTB et la CSC veulent des actions contre le dumping social

28 mars 2022 à 16:48Temps de lecture2 min
Par Simon Gerard

La problématique n’est pas neuve. Chaque année, la FGTB organise une journée d’action contre le dumping social dans le secteur de la construction. Trop d’entreprises utilisent de la main-d’œuvre étrangère sous-payée. Ce lundi, le syndicat socialiste ainsi que des délégués de la CSC se sont réunis devant le palais de justice de Charleroi. Objectif : mettre un coup de pression pour faire avancer des dossiers. Certaines affaires traînent depuis des années.

Une ribambelle de sous-traitants

6 ans ! Cela fait 6 ans que le dossier "Rive Gauche" est à l’instruction ! Lors de la construction du centre commercial carolo, des travailleurs détachés sous-payés auraient participé au chantier. L’affaire est dans les mains de la justice, mais les syndicats s’impatientent "nous comprenons qu’un dossier comme celui-là nécessite un temps certain" explique Fabrizio Carpino, secrétaire CSC "6 ans, c’est un temps qui commence à devenir déraisonnable."

Pourquoi autant de temps ? Car les mécanismes de fraude sont très complexes dans la construction. Pour contourner la loi, certaines entreprises font appel à un grand nombre de sous-traitants sur les chantiers " on voit des sous-traitants de rang 1,2,3 etc… C’est ça la complexité" assure Fabrizio Antioco le porte-parole de l’auditorat du travail de Bruxelles. " De plus, dans les enquêtes de dumping social, vous dépendez aussi d’autorités relevant d’autres États membres de l’union européenne. Tout cela explique les délais d’enquête en matière de dumping social."

 

Pas contre les travailleurs étrangers

La FGTB s’est également rendue sur le chantier du nouvel hôpital de Charleroi à Gilly "c’est un exemple de ce qu’on dénonce depuis 30 ans ! 80% de la main-d’œuvre est détachée" estime Carlo Briscolini, le secrétaire régional de la FGTB. Faire appel à de la main-d’œuvre étrangère issue de l’Union européenne n’est pas illégal. Il faut juste que les travailleurs détachés soient payés au moins au salaire minimum prévu en Belgique. Certaines entreprises ne pourraient d’ailleurs pas fonctionner sans ces travailleurs détachés " pour le moment on a une pénurie de main-d’œuvre en Belgique" explique un contremaître rencontré sur le chantier.

La FGTB précise qu’elle n’est pas contre les travailleurs détachés. Le syndicat socialiste entend lutter contre les sociétés qui abuseraient du système: " C’est clairement établi que beaucoup de sociétés ne respectent pas les règles en matière de salaire en Belgique. En termes de coût, ça représente un prix largement inférieur à ce qui est pratiqué sur le marché." Une concurrence déloyale qui tire le marché du travail vers le bas selon le syndicat socialiste :" Imaginez un grutier qui doit servir en dessous de sa grue une équipe de travailleurs détachés qui travaillent 10 heures par jour. On va faire comprendre au grutier qu’il doit aussi faire 10 heures"

Notez que la direction du GHDC réfute toute accusation de dumping social sur ses sites. Elle rappelle qu’aucune infraction n’a été constatée lors des derniers contrôles.

Sur le même sujet

Dumping social : la Chambre approuve la loi sur le détachement des transporteurs routiers

Politique

Les travailleurs migrants en Flandre victimes de graves abus selon plusieurs organisations

Belgique

Articles recommandés pour vous