RTBFPasser au contenu
Rechercher

Energie

Trop de soleil pour les panneaux photovoltaïques : comment ne rien perdre de la production d’énergie renouvelable ?

Beaucoup de soleil n’est pas toujours favorable à la production photovoltaïque. C’est ce que semble démontrer un exemple allemand rapporté par l’AFP.

Un entrepreneur allemand explique en effet à l’agence de presse que son installation photovoltaïque sur le toit d’une entreprise de transport en Bavière a été déconnectée du réseau électrique plus de la moitié du temps depuis le début de l’année. Un gâchis qui n’est pas isolé. Les opérations de découplage se sont multipliées ces dernières années dans sa région, principalement quand le soleil brille le plus intensément. La Bavière et certains grands parcs photovoltaïques de l’est de l’Allemagne sont les plus touchés du pays.

La Belgique n’est pas épargnée

L’Allemagne n’est pas un cas unique où le réseau ne suit pas l’augmentation de la production d’électricité induite par le développement des énergies renouvelables. "En fait, le problème peut se poser dans n’importe quel pays, y compris en Belgique. Il va parfois se matérialiser de manière très locale." explique Alexandre Viviers, expert en énergie chez Sia Partners.

Si l’installation photovoltaïque envoie une tension supérieure de 10% à celle du réseau, il y a surtension et la production solaire est automatiquement arrêtée par sécurité.

Ce découplage survient particulièrement dans les quartiers qui comptent un grand nombre d’installations photovoltaïque. "Dans des quartiers où tout le monde mettrait du photovoltaïque, les pertes pourraient atteindre 20 à 25%" estime le professeur Damien Ernst, spécialiste des énergies à l’Université de Liège.

Renforcer le réseau n’est pas forcément la meilleure option

Plusieurs solutions existent pour éviter de devoir interrompre la production d’énergie renouvelable. La plus évidente est le renforcement du réseau. Le câblage et le transformateur peuvent être modifiés. "Ce sont des investissements très coûteux mais il faut voir s’ils valent la peine d’être faits. Généralement, ce n’est pas rentable" affirme Alexandre Viviers.

De grosses batteries pourraient aussi être connectées au réseau pour absorber les pics de production.

Un logiciel pour renforcer la production des éoliennes

L’éolien connaît lui aussi des risques de découplage. Beaucoup d’éoliennes connectées au réseau de distribution peuvent créer des problèmes de congestion. Un logiciel, appelé "Sano", permet de mieux les gérer. Il est opérationnel depuis deux ans et son développement se poursuit.

Il est le fruit de travaux de recherches mené par l’ULiège et l’entreprise Haulogy, qui les commercialise, en collaboration avec les gestionnaires de réseaux de distribution, Ores et Resa.

"Le logiciel permet d’exploiter au mieux et en toute sécurité les capacités de l’infrastructure électrique. Il module la tension et le courant que les éoliennes injectent dans le réseau afin de maximiser l’énergie fournie aux consommateurs tout en évitant les problèmes de tensions et d’excès de courant de ligne." explique Damien Ernst qui a participé au développement du projet.

Plus de flexibilité pour faire coïncider les phases de consommation et de production

Mais le maître-mot dans les années à venir sera surtout la flexibilité. Ménages et entreprises vont devoir adapter leur consommation à la fluctuation des énergies renouvelables. Oubliez l’habitude de faire tourner votre lave-vaisselle pendant la nuit pour profiter du tarif en heures creuses. Il faudrait plutôt privilégier les périodes durant lesquelles le soleil brille ou que le vent souffle.

La domotique va aussi fortement évoluer dans les prochaines années avec l’apparition de systèmes de management d’énergie pour améliorer les performances énergétiques des entreprises et des habitations. A l’image des thermostats intelligents, ils permettent de programmer des appareils pour qu’ils fonctionnent en adéquation avec le prix de l’énergie, de la production…

Des "communautés d’énergie" pour mieux la partager

Un autre mécanisme existe désormais en région bruxelloise et devrait bientôt être aussi effectif en Wallonie : les communautés d’énergie. Au sein de celles-ci, les propriétaires de panneaux photovoltaïques, par exemple, pourront partager l’énergie solaire qu’ils n’utilisent pas avec ceux qui ne disposent pas de ce type d’installation. "Les communautés d’énergie ne sauront pas être vraiment opérationnelles avant le milieu de l’année prochaine car il manque la structure informatique pour faire la connexion entre les compteurs intelligents qu’elles nécessitent et les marchés de l’électricité" nuance Damien Ernst.

Sur le même sujet

Partager son électricité avec son voisin : les communautés d’énergie, c’est désormais légal, solidaire… et rentable

Energie

Panneaux photovoltaïques : plus que jamais rentables et attractifs

Economie

Articles recommandés pour vous