RTBFPasser au contenu

inondations 2021

Trop de préjudices : les clubs sportifs touchés par les inondations veulent retrouver au plus vite leurs installations

Image triste des installations de l’Union Limbourg, l’un des plus vieux clubs de Belgique ; le club est hébergé à Baelen en attendant une rénovation complète.

Les inondations de la mi-juillet ont également eu un impact sur les activités des clubs sportifs dont les installations sont situées aux abords des cours d’eau.

C’est le cas des clubs de football et de ceux qui occupent un hall omnisports le long de la Vesdre et de la Hoëgne. Plusieurs clubs ont dû s’expatrier dans d’autres communes avec un préjudice financier. Certains ont même dû stopper leurs activités, ce qui pourrait mettre leur existence en danger. Nous avons rencontré quelques dirigeants de clubs.


►►►Retrouvez notre dossier spécial : inondations en Belgique, 6 mois après


Pour les clubs expatriés, le déracinement devient long

Le Club de Franchimont a perdu ses deux terrains synthétiques le long de la Hoëgne. Le club fonctionne sur cinq sites d’accueil, mais pour le président Georges Dormans, il est temps de rentrer au bercail : "Il est prévu que nous commencions la saison prochaine dans nos nouvelles installations. Pas mal de joueurs risqueraient de s’exiler vers d’autres cieux si jamais ce n’était pas le cas".

Les deux terrains synthétiques du Club de football Franchimontois doivent être remplacés au plus vite.
Les deux terrains synthétiques du Club de football Franchimontois doivent être remplacés au plus vite. RTBF – Philippe Collette

L’avenir de certains clubs menacé

A Limbourg, le hall omnisports a été ravagé. Tous les clubs sont à la rue et l’avenir de certains est menacé, comme le club féminin de Volley. "Je pense que cette année, on la laisse en suspens pour permettre de rebondir, mais si on n’y arrive pas, je pense qu’on fermera la boutique" confie Stéphane Pyre, le secrétaire.

Toujours à Limbourg, les stades de foot ont tous été noyés. Au FC Goé, actuellement hébergé à Jalhay et Welkenraedt, le déracinement devient long. "On a ce qu’il faut pour recommencer, même si on doit mettre tout de notre poche, on y arrivera, on a des gens qui vont nous aider. Le club, il existera toujours" explique Gaetan Lemmens, le président.

Les installations du FC Goé situées en bord de Vesdre ont été complètement ravagées ; le club a été accueilli à Welkenraedt et Jalhay.
Les installations du FC Goé situées en bord de Vesdre ont été complètement ravagées ; le club a été accueilli à Welkenraedt et Jalhay. RTBF – Philippe Collette

Un préjudice financier important

Pour l’Union Limbourg, 6e plus vieux club du pays, l’accueil par Baelen est salutaire mais n’a que trop duré. "Il y a le manque de rentrées de la buvette, le manque de rentrées des entrées payantes, et à mon avis, au moins 40% en moins de supporters" regrette Marc Schyns, le président.


►►► Inondations en Belgique, six mois après : quel impact pour le tissu économique local ?


Tout ce qu’il reste du terrain B de l’Union Limbourg.
Tout ce qu’il reste du terrain B de l’Union Limbourg. RTBF – Philippe Collette

Le FC Trooz a partiellement repris ses activités à La Brouck mais sans chauffage ni électricité et avec des abords dangereux. Marc Cavallaro, le secrétaire, est inquiet : "Si rien ne changeait, tout du moins de la sécurité des personnes qui sont chez nous, il est tout à fait possible que les activités ne reprennent pas au FC Trooz pour la deuxième partie du championnat".

On le constate, le secteur sportif est encore loin de retrouver sa sérénité.

Sur le même sujet

13 janv. 2022 à 19:07
5 min
13 janv. 2022 à 16:18
3 min

Articles recommandés pour vous