Regions

Trop d'accidents du travail mortels ces derniers mois à Bruxelles, l'auditorat s'inquiète

Le chantier de l'ancien hôtel Sheraton, théâtre d'un accident mortel

© Google

15 mars 2022 à 16:40Temps de lecture1 min
Par Philippe Carlot

Un ouvrier tué sur un chantier chaussée d'Ixelles, un autre chaussée de Waterloo à Saint-Gilles. Et un troisième, le 7 mars dernier, lors de travaux dans l'ancien hôtel Sheraton, place Rogier, à Saint-Josse-ten-Noode. Point commun à ces trois drames : le manque de respect des règles de sécurité. 

L'auditorat du travail dénonce

Pour Fabrizio Antioco, porte-parole de l'Auditorat du Travail de Bruxelles, ces accidents ne doivent rien à la fatalité. "Evidemment que non. La plupart du temps, les accidents sont dus à un manque de rigueur dans la conduite du chantier, à la présence d'un nombre anormal de sous-traitants, ce qui désorganise le chantier et ce qui est propice aux accidents. Et il y aussi la question des cadences : nous avons effectué des contrôles. Nous avons constaté que sur certains chantiers, les travailleurs dépassaient le temps de travail normal et qu'en plus ils travaillaient le samedi, alors que, sauf exception, le samedi le travail sur les chantiers n'est pas permis".  

La plupart des accidents du travail constatés ces derniers mois auraient parfaitement pu être évités, déplore le magistrat de l'Auditorat. 

Rapidité excessive et soif de profits

Quant aux causes de ces manquements répétés aux règles de sécurité, Fabrizio Antioco en identifie plusieurs. "Il y a des accidents qui se produisent au sein d'entreprises sérieuses mais qui n'ont pas prêté suffisamment d'attention à la sécurité. Et puis, il y a une attitude que je n'hésite pas à qualifier de criminelle (...) et qui est l'attitude de sociétés qui pour une raison de rapidité dans la conduite du chantier, pour une question de profits, ne font pas du tout attention à la sécurité, prennent des risques et sont conscientes qu'elles prennent des risques pour la sécurité de leurs travailleurs. Et ces situations-là sont d'autant plus inacceptables. 

La construction n'a pas le monopole des accidents du travail, rappelle Fabrizio Antioco. Il évoque un accident survenu sur un site de tri de déchets, ou dans un garage. Dans l'atelier de ce garage, un ouvrier a malheureusement perdu la vie après avoir été percuté par un bus. L'Auditorat du Travail se veut évidemment attentif au respect des règles de sécurité dans l'ensemble des domaines d'activités. 

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Articles recommandés pour vous