Regions

Trois personnes sous mandat d'arrêt dans le cadre d'un trafic de faux certificats "CST"

Illustration

© Belga - James Arthur Gekiere

 La Police Judiciaire Fédérale (PJF) de Mons-Tournai a mené, le 28 février, avec l'appui de la PJF de Bruxelles et de la zone de police Bruno, six perquisitions sur les deux arrondissements judiciaires du Hainaut et de Bruxelles. L'opération faisait suite à l'interpellation d'un suspect dans le cadre d'un dossier initié en 2021 dans lequel les services de la PJF de Mons-Tournai avaient pu mettre au jour les activités d'un réseau actif dans le trafic de faux Covid Safe Ticket (CST)", a indiqué mercredi le Parquet de Mons-Tournai.

Le ministère public a précisé que l'enquête avait initialement été orientée vers un réseau de trafic de stupéfiants. L'exploitation du GSM d'un des suspects a permis d'établir que ce dernier pouvait être également actif dans le trafic de faux CST français. Quatre-vingt-huit "CST" ont ainsi été retrouvés sur son téléphone portable. Les faux certificats auraient été fournis par un ressortissant français via le réseau SnapChat, puis écoulés par l'intéressé via divers intermédiaires.   L'opération du 28 février, organisée en deux phases, a nécessité le déploiement de près de 40 policiers ainsi que de nombreux moyens techniques.

Sept personnes ont été interpellées.  Trois d'entre elles ont été placées sous mandat d'arrêt. Cette opération a permis la saisie de faux "CST" ainsi que plusieurs bons de commande relatifs à ceux-ci.   Le Parquet a indiqué que l'enquête se poursuivait.


 
 

Sur le même sujet

Coronavirus en Wallonie : le parlement wallon confirme la levée du CST, l'opposition voulait sa suppression

Coronavirus

Articles recommandés pour vous