RTBFPasser au contenu

Regions

Trois offres ont été remises pour acheter l'ancien couvent des Récollets

Trois offres ont été remises pour acheter l'ancien couvent des Récollets
29 janv. 2015 à 08:502 min
Par OPPENS Xavier Van

L’ancien couvent des Récollets, qui fait partie de l’histoire de Nivelles et date du XVIe siècle, appartenait à la Régie des Bâtiments lorsque la Ville a décidé de le racheter, en fin de législature communale en 2005, pour 1,4 million d’euros.

Mais le bâtiment n’a jamais reçu de destination précise et le coût de sa rénovation s’est avéré difficilement supportable alors que d’autres projets coûteux sont en cours de concrétisation, comme la rénovation de la piscine de la Dodaine. Le collège communal a donc décidé de vendre l’immeuble.
Mais il ne s’agit pas d’une vente pure: elle est couplée à la remise d’un projet complet de rénovation, voire d’extension du bâtiment. Le prix, estimé à 1,5 million d’euros, n’interviendra que pour 30% dans le choix de l’acquéreur final. La qualité architecturale du projet est considérée comme au moins aussi importante, vu l’importance historique de l’ancien couvent et sa situation à l’entrée du centre-ville.

Un cahier des charges précis a donc été soumis aux promoteurs, qui avaient trois mois pour visiter les lieux puis élaborer leur offre. Ces offres ont été ouvertes mercredi en fin d’après-midi à l’hôtel de ville, en présence du notaire qui coordonne la procédure.

"Trois offres ont été remises, confirme le bourgmestre Pierre Huart. A présent, les responsables des marchés publics à la Ville et le notaire vont vérifier la validité de ces offres, c’est-à-dire leur conformité par rapport au cahier des charges. Cet examen restant à faire, il est un peu délicat de dévoiler l’identité des candidats à ce stade. Les offres qui seront retenues seront ensuite examinée par le jury."

Ce jury est composé de huit personnes dont des représentants de la ville de Nivelles, de la fabrique d’église Saint-Jean-et-Nicolas (l’édifice jouxte le couvent et ne fait pas partie de la vente), de la Région wallonne et de l’ordre des architectes.

Les riverains, inquiets de l’avenir des espaces verts séparant le site des voiries, avaient demandé d’intégrer ce jury mais la composition de celui-ci avait déjà été consignée dans le cahier des charges, et une modification était impossible. L’avis du jury sur la qualité des projets sera remis au collège communal, lequel ne sera cependant pas lié par cette première sélection.

Vincent Fifi

Articles recommandés pour vous