RTBFPasser au contenu

Regions

Trois ingénieurs allemands se font "sortir" de l'aciérie de Chertal

Trois ingénieurs allemands se font "sortir" de l'aciérie de Chertal
11 avr. 2013 à 05:541 min
Par OPPENS Xavier Van

L'aciérie est totalement plongée dans l'obscurité depuis sa mise à l'arrêt. Et les syndicalistes, prévenus de la présence de trois ingénieurs allemands sur le site de Chertal, depuis le début de la matinée (mercredi), ont éprouvé quelques difficultés à les débusquer. Mais une fois repérés, ils sont partis sans problème.

Ces trois employés proviennent d'une usine brêmoise du groupe Mittal. La multinationale a, apparemment, dressé des listes d'outils liégeois qui pourraient servir ailleurs, et diverses filiales viennent aux emplettes.

Mais, pour les délégués du personnel, tant que le gouvernement n'a pas définitivement tranché sur une éventuelle opération de sauvetage, il est hors de question qu'un démantèlement se prépare.

Le front commun, dans la foulée, refuse qu'un chargement de briques réfractaires, l'équivalent de soixante camions, soient évacuées de l'entrepôt où elles se trouvent… Ou elles se trouvent en compagnie d'un haut fourneau en pièces détachées, neuves, de fabrication luxembourgeoise, stockées en région liégeoise dans l'attente d'un départ vers une filiale brésilienne du groupe. C'est devenu une sorte de trésor de guerre. De guerre des nerfs.

La prochaine réunion des experts mandatés par le ministre wallon de l'Economie est convoquée pour mardi.

Michel Gretry

Articles recommandés pour vous