Travail forcé: le fisc allemand traque toujours les pensions belges

Malgré ses promesses, le fisc allemand poursuit encore les pensions des anciens déportés.

© EPA / Christian Charisius

22 janv. 2012 à 06:01 - mise à jour 22 janv. 2012 à 07:38Temps de lecture1 min
Par Belga News

Le Finanzamt Brandenburg demande à la veuve d'Albert Debusschere de payer les impôts sur la pension de veuve qu'elle perçoit pour les travaux forcés auxquels a été contraint son mari durant la guerre.

Le service allemand craint en effet que le service des pensions ne puisse lui communiquer à temps si l'homme est reconnu ou non comme victime des nazis. La famille est donc invitée à payer avant le 23 février.

Si l'administration reconnaît par la suite qu'Albert Debusschere était déporté, elle sera remboursée.


Belga

Sur le même sujet

Le travail forcé génère 150 milliards de dollars par an dans le monde

Economie

Articles recommandés pour vous