RTBFPasser au contenu
Rechercher

Coronavirus

Le Coronavirus est-il soluble dans l'Open space ?

Star incontestée des bureaux nouvelle génération, l' open space fournit-il un terrain propice à la propagation du COVID-19 ?
28 févr. 2020 à 18:20 - mise à jour 30 mai 2020 à 08:50Temps de lecture3 min
Par RTBF

Travailleurs, travailleuses, le Coronavirus est-il (viralement) compatible avec l'Open-space ? La star incontestée des bureaux nouvelle génération, cet ami qui vous veut du bien, symbole du néo management transparent et décomplexé, fournit-il un terrain propice à la propagation du COVID-19 ? Certains le pensent, ou plutôt le craignent. Raison pour laquelle télétravail et confinement ont été appliqués par la plupart des employeurs de notre pays dès que  l'épidémie venue de Chine a frappé à notre porte après s'être invitée en Italie, en France, aux Pays-Bas et en Allemagne.

Open space, un mode révolutionnaire de travailler ?

Dans un open space, le cerveau serait en effet interrompu au mieux toutes les 10 minutes et nécessiterait environ 23 secondes pour se reconcentrer.
Dans un open space, le cerveau serait en effet interrompu au mieux toutes les 10 minutes et nécessiterait environ 23 secondes pour se reconcentrer. Harry Dempster - Getty Images

Ces dernières années, de nombreuses études ont démontré que l'open-space, avec ou sans "desk sharing"(partage de bureau) et autre "flex office" (bureau flexible) a radicalement changé la manière de travailler des personnes. Si les avantages sont nombreux, les inconvénients également. Jusqu'il y a peu, le bruit demeurait la nuisance principale attribuée à ces espaces désenclavés, suivi de près par le collègue envahissant (verbalement, physiquement, etc...) et l'odeur de nourriture réchauffée. Près de la moitié des personnes interrogées considèrent d'ailleurs que ces distractions perpétuelles impactent durablement la qualité de leur travail, toutes études confondues.

Dans un open-space, le cerveau serait en effet interrompu au mieux toutes les 10 minutes et nécessiterait environ 23 secondes pour se reconcentrer. Ethan Bernstein, professeur à la prestigieuse Harvard Business School, a d'ailleurs analysé en profondeur le fonctionnement réel de l' Open-space, ainsi que ses conséquences.


►►► À lire aussi: Coronavirus: peut-on arrêter le travail par peur d'être contaminé (par ses collègues) ?


 

Un risque d'infection multiplié par deux

Travail et Coronavirus: l'open space favorise-t-il la diffusion de l'épidémie?
Travail et Coronavirus: l'open space favorise-t-il la diffusion de l'épidémie? Maskot - Getty Images/Maskot

Et le Coronavirus dans tout ça? Justement, en période hivernale, période propice aux rhumes, bronchites, pharyngites, angines et autres infections respiratoires, l'absence de cloisons n'est pas de nature à ralentir la contagion des bactéries et virus. Entre toux retentissantes, éternuements sonores et mouchoirs en papier nonchalamment abandonnés par votre prédécesseur au desk, l'open-space perd un peu de son charme en temps de grippe saisonnière. Que celui qui ne s'est jamais senti dépourvu quand la bise (du collègue souffrant) fut venue, lève la main. C'est d'ailleurs en période hivernale que les stratégies machiavéliques d'évitement battent leur plein.


►►► À lire aussi: Coronavirus: mortalité, symptômes, transmission, traitements, incubation, vaccin, le vrai du faux


Cependant, l'open-space truffé de microbes et de personnes malades qui tombent comme des mouches n'a jamais été considéré comme fondamentalement rédhibitoire, et ce malgré une étude danoise de 2011 ayant prouvé que travailler dans un espace ouvert double les risques d'infections et d'absence pour maladie. Climatisation, partage de matériel (du clavier d'ordinateur au combiné de téléphone en passant par le bic mâchouillé, si, si), poignées de porte, etc. sont propices à la survie et à la propagation des micro-organismes. Des études en milieu hospitalier ont d'ailleurs prouvé que les virus de la grippe peuvent demeurer actifs de trois heures à deux jours sur ces surfaces dures et non poreuses.

L'openspacer mieux immunisé?

Pas de quoi paniquer, l'openspacer régulier serait mieux immunisé que le commun des mortels.
Pas de quoi paniquer, l'openspacer régulier serait mieux immunisé que le commun des mortels. alvarez - Getty Images

Pourtant même si certains collègues commencent à débarquer avec leur masque N95, FFP2 ou FFP3, pas de quoi paniquer, l'openspacer régulier serait mieux immunisé que le commun des mortels. Si cela est vrai pour la grippe saisonnière, cela l'est sans doute également pour le COVID-19. Pourquoi certains employeurs préconisent-ils de ne pas aller travailler alors? Simplement car le COVID-19 est plus contagieux qu'une grippe normale et qu'aucun vaccin n'existe pour le moment, ce qui le rend potentiellement plus impactant en terme de force de travail. Le Coronavirus ne plantera pas le dernier clou au cercueil du travail en plateau, l'Open space a encore de beaux jours devant lui.

Tendances Première : Germain et Nous 3.0

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement