Transition à la Maison Blanche: Joe Biden confirme qu'il veut le juge Garland comme ministre de la Justice

Merrick Garland en 2017

© Tous droits réservés

07 janv. 2021 à 14:11 - mise à jour 07 janv. 2021 à 14:11Temps de lecture3 min
Par Belga

Le futur président américain Joe Biden a confirmé jeudi avoir choisi Merrick Garland, considéré comme un progressiste modéré, pour diriger l'influent ministère américain de la Justice. Ce juge fédéral, âgé de 68 ans, est actuellement chef de la cour d'appel de Washington, une instance réputée pour l'importance des dossiers qui y passent. Il avait joué le rôle principal dans une bagarre politique en 2016, lorsque les républicains du Sénat avaient refusé de coopérer à sa nomination à la Cour suprême.

L'équipe de Joe Biden a confirmé jeudi que Merrick Garland sera proposé pour cet important poste ministériel. Cette nouvelle n'est pas une surprise et avait déjà été évoquée auparavant par divers médias américains.


►►► À lire aussi : Insurrection à Washington : Proud boys, QAnon, Américains en colère… Qui sont les manifestants qui ont forcé les portes du capitole américain ?


Joe Biden présentera son futur ministre de la Justice ainsi que plusieurs autres membres-clés nommés au ministère jeudi après-midi à Wilmington, dans le Delaware.

"Ces nominations reflètent l'engagement profond du président élu à la réaffirmation du (rôle du) ministère de la Justice comme un pilier d'indépendance et d'intégrité, et à s'assurer que le ministre de la Justice et son équipe proche sont les avocats du peuple américain, et non le cabinet d'avocats du président", affirme le communiqué de l'équipe Biden.

Le camp républicain y a déjà apporté une réponse favorable. Le sénateur Lindsey Graham a ainsi qualifié le juge d'"honorable" et de "terriblement compétent dans le domaine juridique".

Tentative ratée d'Obama

Joe Biden était vice-président lorsque Barack Obama a essayé de nommer Merrick Garland à la plus haute juridiction des États-Unis. Il n'avait pas obtenu l'approbation du Sénat à cette nomination, où les républicains étaient majoritaires à l'époque. Ils avaient refusé d'examiner la candidature en pleine année électorale. Ils avaient estimé qu'un futur président devrait avoir le dernier mot à ce sujet.

Cette dispute a jeté une ombre sur les relations entre républicains et démocrates, qui est toujours d'actualité aujourd'hui. Les collègues du parti de M. Biden s'étaient d'ailleurs plaints d'hypocrisie lorsque leurs rivaux politiques avaient organisé la succession de la regrettée haute magistrate Ruth Bader Ginsburg, dite progressiste, à la Cour suprême juste avant les élections de novembre dernier.

Merrick Garland remplacera Bill Barr que l'opposition démocrate avait rebaptisé "l'avocat de Donald Trump" en raison de ses multiples interventions en faveur du président sortant ou de ses proches.

Le futur ministre, si sa nomination est confirmée par le Congrès, devra réaffirmer l'indépendance de son ministère, rassurer une partie de ses quelque 110.000 employés, mais aussi engager de profondes réformes promises par le candidat démocrate lors de sa campagne.

Priorité: lutte contre les violences et le racisme

L'un des premiers chantier sera la lutte contre les violences et le racisme dans les différents services de police, un sujet placé au cœur de la campagne électorale après la mort de George Floyd, un Afro-Américain asphyxié sous le genou d'un policier blanc fin mai.

Joe Biden, qui avait été l'un des architectes d'une loi pénale de 1994 très répressive, a également promis de développer des alternatives à l'incarcération, notamment pour les consommateurs de drogue.

La nomination de Merrick Garland intervient au lendemain de l'annonce de la victoire des démocrates dans les deux sénatoriales cruciales de Géorgie, leur assurant le contrôle de la chambre haute du Congrès. Le futur président Biden dispose ainsi d'une plus grande marge de manoeuvre dans ses choix aux postes-clés, la plupart des nominations fédérales devant être confirmées par les deux chambres aux Etats-Unis.

Archives: Joe Biden, Barak Obama et le juge Garland

Etats-Unis: Joe Biden nomme le juge Garland ministre de la Justice

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus