Belgique

Traite des êtres humains en Belgique : ouverture d'un point de contact central pour aider les victimes et démasquer les auteurs

25 juil. 2022 à 09:31 - mise à jour 25 juil. 2022 à 11:39Temps de lecture1 min
Par Belga, édité par Miguel Allo

Le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne (Open Vld), a annoncé lundi matin l'ouverture d'un point de contact central dans le cadre de la lutte contre la traite et le trafic des êtres humains.

Via le site internet stoptraite les victimes, les personnes concernées ou les témoins peuvent obtenir des informations, procéder à un signalement ou prendre contact avec les centres d'aide spécialisés. Le but, aider les victimes plus rapidement et de manière plus adéquate et à permettre de démasquer, démanteler de traduire en justice plus rapidement les réseaux criminels impliqués dans la traite et le trafic des êtres humains. Le lancement du point de contact, a été organisé lundi, depuis l'Atomium, à l'occasion du coup d'envoi de la campagne Cœur bleu des Nations unies.

Selon l'indice global de l'esclavage, on estime que 23.000 personnes sont victimes d'exploitation ou d'esclavage moderne en Belgique. La plupart de ces faits restent cependant sous le radar, a commenté le ministre de la Justice.

Il existe trois centres d'accueil pour les victimes de la traite des êtres humains: Payoke à Anvers, PAG-ASA à Bruxelles et Sürya à Liège. "Trop de victimes ne trouvent cependant pas le chemin de ceux-ci par exemple parce qu'elles n'osent pas se rendre à la police ou ne sont pas au courant de l'existence de ces centres", a commenté le ministre. 

Le site www.stoptraite.be a été lancé en plusieurs langues. Il contient les informations sur la traite des êtres humains, comment la reconnaître et comment contacter les centres d'aide. Signaler des faits, que ce soit en tant que victime ou témoin, peut se faire de manière simple sans devoir d'abord faire une déclaration à la police. 

D'ici quelques mois, un numéro de téléphone central sera également disponible, 24h/24 et 7j/7.

Sur le même thème : JT du 06/07/2022

Sur le même sujet

Un statut protège les victimes potentielles de traite des êtres humains comme celles du chantier Borealis à Anvers

Belgique

Traite des être humains à Anvers : Borealis suspend son contrat avec l'entrepreneur

Belgique

Articles recommandés pour vous