Cinéma

Trace Lysette, actrice transgenre, présente le film "Monica" à la Mostra de Venise

Trace Lysette à la Mostra

© © Tous droits réservés

09 sept. 2022 à 12:25Temps de lecture3 min
Par Belga

Radieuse dans sa robe Valentino sur le tapis rouge, l’actrice transgenre Trace Lysette n’arrive toujours pas à croire qu’elle est la protagoniste d’un film en compétition pour le Lion d’or à Venise, une consécration qui doit permettre "d’ouvrir de nouvelles portes".

"Parfois, tout cela me semble irréel, je dois me pincer car cela représente tellement pour moi, mais aussi pour la communauté trans", confie à l’AFP l’actrice américaine de 34 ans, lovée dans un fauteuil de la suite présidentielle de l’hôtel Excelsior, où descendent les stars de la Mostra.

"J’ai reçu plein de messages sur les réseaux sociaux pour me dire : 'Voilà, c’est ce que nous attendions'", ajoute celle qui est la première comédienne transgenre à tenir un rôle principal dans un film en lice à Venise.

"J’espère que cela va ouvrir aussi des portes pour d’autres personnes !", juge à propos de sa nouvelle visibilité cette actrice connue jusqu’ici surtout pour sa participation à la série "Transparent", sur le changement de sexe d’un père de famille, sur Amazon Prime Video.

Loading...

Son rôle-titre dans "Monica", une femme transgenre qui revient au chevet de sa mère mourante dans l’Ohio après vingt ans d’absence, la propulse dans une autre dimension. Face à Patricia Clarkson, qui interprète la génitrice qui l’a rejetée en découvrant que son fils se considérait une femme, Trace Lysette s’impose dans un jeu tout en pudeur.

Pour le réalisateur du film, l’Italien Andrea Pallaoro, Lysette est "une artiste qui a ce très rare talent, chez un acteur ou une actrice, d’être au lieu de juste jouer".

Elle-même reconnaît avoir "des points en commun (avec le personnage de Monica), même si je n’aime pas me replonger dans ce traumatisme psychologique, car les choses vont vraiment bien avec ma famille maintenant. […] Ma mère en particulier est un exemple de la façon dont on peut reprogrammer son cerveau en dépit de la façon dont la société vous a programmé pour penser", se réjouit-elle.

Son rêve, tourner un film d’action

Trace Lysette sur le tapis rouge de la Mostra

"Nous avons eu des périodes difficiles", admet celle dont le chemin n’a pas été pavé de roses, surtout dans sa jeunesse : "C’était les années 90 et le sujet 'trans' n’existait pas. J’ai été harcelée, agressée verbalement et physiquement à l’école. […] C’est l’histoire typique de toutes les personnes 'trans' de ma génération que je connais", raconte-t-elle, les yeux embués.

Mais elle n’est pas du genre à se laisser abattre : "Il est temps que nous nous attaquions à cela et ce sont des histoires comme celle (racontée dans 'Monica') qui sont importantes et méritent autant d’attention et de gros titres que 'Don’t worry darling' qui monopolise les médias", estime-t-elle, citant le film événement présenté à Venise avec la mégastar de la pop Harry Styles.

Derrière son sourire et ses yeux bleus perçant, Trace Lysette cache une volonté de fer : pour décrocher un rôle, "je dois me battre deux ou trois fois plus dur et, parfois, je n’arrive même pas à obtenir un rendez-vous ou une audition".

Souvent, on ne m’envisage même pas pour un rôle, même si j’ai déjà pas mal d’expérience, j’ai commencé à jouer en 2007

se désole-t-elle.

Se comparant aux actrices cisgenres, elles-mêmes confrontées "à la misogynie et au patriarcat", elle doit affronter "en plus la transphobie".

Native du Kentucky, active militante en faveur des droits LGBTQ, elle veut néanmoins "rester optimiste", surtout quand elle repense aux "périodes vraiment très sombres de sa jeunesse", ce qui ne l’empêche pas d’être "très bouleversée" par les attaques contre les droits des femmes et des "trans" aux États-Unis.

Choisissant malgré tout de "se concentrer sur les choses positives", elle rêve aujourd’hui, après "Monica" et "Hustlers" (2019), de "tourner un film d’action avec Patty Jenkins", la réalisatrice de Wonder Woman. Ou alors "un film Marvel ou DC Comics, ce serait extraordinaire".

Articles recommandés pour vous