RTBFPasser au contenu

Regions Liege

Toxicomanie et délinquance au centre de Liège: juger ou bien soigner ?

Lutte contre la petite toxicomanie: le Parquet de Liège choisit la prévention plutôt que la répression
28 janv. 2022 à 09:431 min
Par François Braibant avec C. Adam

Proposer une aide sociale, psychologique et médicale aux petits délinquants toxicomanes, c'est un programme qui réunit le Parquet de Liège, la Police et l'hôpital de la Citadelle. Il existe depuis 2005.

Une action ponctuelle a été menée Place Saint-Lambert ce jeudi. La Place Saint-Lambert où des toxicomanes, parfois petits délinquants, hantent trottoirs, escaliers et rampes d'accès au parking et génèrent un sentiment d'insécurité.

La prévention plutôt que la répression

Envoyer les petits délinquants toxicomanes devant un juge n'est pas très efficace. Alors que faire en cas de délit? "On s'est dit qu'effectivement, changer notre approche pénale pouvait être quelque chose d'intéressant" répond Catherine Collignon, la porte-parole du parquet. "La réponse pénale qu'on donnait jusqu'alors, c'est-à-dire la citation devant le tribunal correctionnel, n'apportait pas beaucoup d'aide à ces personnes qui devaient avant tout obtenir des soins. Nous avons décidé de mettre au point un projet, avec une criminologue, avec la Citadelle, et de proposer une alternative aux poursuites à ces personnes, c'est-à-dire de leur proposer un programme de soins, de les mettre en contact avec un psychologue qui les aidera à s'en sortir.

"Et si au terme de ce programme, ils réussissent et respectent toutes les échéances et les rendez-vous, le dossier ouvert chez nous sera classé sans suite" précise la porte-parole du Parquet.

Un soutien psychologique, médical et social

Des psychologues sont donc également associés au projet: "Mon boulot, ça va être de les mettre en relation avec le réseau de soins au sens large" explique Anthony Deforge, psychologue au CHR de la Citadelle. "Cela peut être une aide sociale urgente, on peut aussi essayer de les mettre en contact avec des services hospitaliers pour faire des cures de désintoxication par rapport aux drogues."

Selon le psychologue, le suivi proposé aux petits délinquants toxico-dépendants a permis à plusieurs d'entre eux de sortir de l'enfer de la drogue.

Articles recommandés pour vous