RTBFPasser au contenu

Tout le Baz'Art

Tout le Baz’Art de Karen de Paduwa, "unique comme tout le monde, différente comme personne…"

Tout le Baz’Art de Karen de Paduwa

"Une naine ne travaillera jamais sur les planches en Belgique !"

Voilà comment Karen de Paduwa, jeune fille de petite taille comme on le dit plus joliment aujourd’hui, a été accueillie en 1999 par deux de ses futurs professeurs, alors qu’elle donnait la réplique à son cousin qui l’avait convaincue de le suivre et de présenter en duo l’examen d’entrée au Conservatoire de Bruxelles, section théâtre.

A sa grande surprise, elle fût prise et là voilà partie, elle qui s’ennuyait dans ses cours de biologie à l’ULB, la voilà qui arpente de sa démarche chaloupée et enthousiaste les couloirs les salles de cours et de répétition de l’illustre institution, la voilà qui tâte de la scène en essuyant au passage les regards sceptiques voire les quolibets de quelques vénérables.

Mais deux profs plus clairvoyants, Michel de Warzée et Yves Claessens, la prennent sous leur aile, et jouer fût pour elle une révélation. Grâce à eux, elle s’affranchit des fâcheux malveillants qui la prenaient de haut, et se met à travailler ses rôles en profondeur.

Elle obtient à peine son premier prix que Bernard Chemin du théâtre du Papyrus l’engage pour un spectacle jeune public "La petite ombre", une coproduction avec une troupe québécoise, qui tournera près de trois ans et connaîtra près de 350 représentations en Belgique, au Canada et en France.

Tout le Baz’Art de Karen de Paduwa
Tout le Baz’Art de Karen de Paduwa
Tout le Baz’Art de Karen de Paduwa
Tout le Baz’Art de Karen de Paduwa
Tout le Baz’Art de Karen de Paduwa
+9

Depuis, elle n’a quasi plus quitté les planches, s’est essayée à la télévision dans "Le grand cactus" de la RTBF avant d’en claquer la porte avec fracas, et tâté du cinéma avec "Candy" un court-métrage musical avec Loïc Nottet.

Elle est aujourd’hui à l’affiche de "Peter Pan" au Théâtre Royal du Parc, après avoir triomphé sur la même scène dans son duo d’anthologie de Viviane et Merlin avec Othmane Moumen dans "Les chevaliers de la table ronde", une grosse production, vingt acteurs sur scène, des effets spéciaux, des combats d’armure et d’épée, comme au Moyen-âge…

Dans son dernier seule en scène "Normal !" qu’elle a présenté au dernier festival de Spa, Karen de Paduwa revient avec courage et brio sur sa différence, celle entre les gens "normaux" et ceux qu’elle appelle les "mutants", les nains, les géants, les trisomiques, avec une formule choc qui décrit bien sa carrière exemplaire : "unique comme tout le monde, différente comme personne". C’est ainsi qu’elle souhaite être vue, dans chaque pièce, chaque rôle, chaque réplique, non pas en comédienne naine, mais en comédienne tout court !

Elle est à deux doigts d’y réussir, mais peut-être faudrait-il pour y être tout à fait que son rêve intime et un peu fou se réalise enfin : celui de jouer un des grands rôles du répertoire, la Roxanne de Cyrano ou la Juliette de Shakespeare. Elle s’y sent parfaitement prête. A bon entendeur…

TOUT LE BAZ’ART de Karen de Paduwa

Loading...
Loading...

Sur le même sujet

16 mars 2022 à 15:57
1 min

Articles recommandés pour vous