Tous les 15 jours un Français s'immolerait par le feu

Tous les 15 jours un Français s'immolerait par le feu

© © Tous droits réservés

17 déc. 2013 à 08:44 - mise à jour 17 déc. 2013 à 08:55Temps de lecture1 min
Par Céline Biourge

Au départ, il y a une enquête. Deux ans de recherche pour un photographe et une journaliste. Et ce décompte glaçant depuis 2011 : tous les 15 jours, en moyenne, une personne s'est immolée par le feu dans un lieu public.

Des cadres ou des chômeurs, des infirmiers ou des enseignants. Ils ont mis ou ont tenté de mettre fin à leurs jours, sur le parking de leur entreprise, dans la cour d'un lycée, devant l'agence locale d'emploi ou la caisse d'allocation familiale.

Dans les pays du Maghreb, au Tibet ou au Vietnam, cette manière de protester contre l'oppression publique se produit depuis des décennies. "Chez nous", écrit le Monde, "la suppression de soi par la consumation est un phénomène qui gagne peu à peu du terrain."

"Epuisement nerveux", glisse un des rescapés interviewé par le quotidien. "Un geste con", ajoute un autre qui cherche une explication. "J'avais l'impression d'être dans des sables mouvants, de vouloir sortir la tête de l'eau et de m'enfoncer encore plus".

"Cette forme très spécifique de suicide", explique le quotidien français, "a pour but d'être vu. D'être entendu comme le cri le plus désespéré de contestation".

"Face à cette interpellation qui dérange", conclut le quotidien, "les Etats ou les institutions préfèrent en nier la portée politique en mettant en cause la fragilité supposé des suicidaires ou leur problème d'ordre personnel".

Cette enquête a donné lieu à un web documentaire visible sur le site du Monde. Son nom : "Le grand incendie".

N. Vandenschrick

Sur le même sujet

France: une femme s'immole par le feu devant ses sept enfants

Monde

France: en conflit avec ses élèves, une prof s'immole par le feu dans la cour