RTBFPasser au contenu

Vie pratique

Tournée minérale à l’eau de source Wallonne !

Tournée minérale à l’eau de source Wallonne !
29 janv. 2022 à 11:264 min
Par Sophie Moens

A la quasi-veille de la Tournée minérale (qui démarre on le rappelle le 1er février prochain), Marianne Périlleux du magazine "Les Ambassadeurs" nous invite ce mois-ci à redécouvrir une boisson hautement recommandable et donc, de circonstance : l’eau. Fil conducteur de cette découverte ? Une balade au fil des sources Wallonnes !

L’eau, aussi appelée l’or bleu de Wallonie, car certaines eaux de source et eaux minérales naturelles sont désormais connues mondialement, on pense à l’eau de Chaudfontaine par exemple, qui est la seule source d’eau chaude naturelle de Belgique, avec sa température de près de 37° à l’émergence, et bien sûr à l’eau de Spa.

"Spa, dont l’étymologie latine 'sparsa fontana' signifie 'fontaine jaillissante' : rien n’est donc dû au hasard !", explique Marianne Périlleux.

Dès le 16e siècle, des visiteurs viennent parfois de très loin pour consommer cette eau aux vertus curatives et c’est toujours le cas aujourd’hui. Depuis quelques mois, Spa est reconnue "grande ville d’eau d’Europe" par l’Unesco, au même titre que Vichy en France par exemple, Baden-Baden en Allemagne ou Bath, au Royaume-Uni.

Spa : à l’origine du thermalisme moderne est devenu nom commun

Marianne raconte : "Un spa, oui, et ce mot est connu dans le monde entier ! Tout cela parce que l’eau de Spa n’est pas une eau comme les autres, c’est une eau souterraine, très pure donc, qui a fait un très long et très lent parcours souterrain qui va lui conférer, pour certaines sources en tout cas, comme la source Marie-Henriette, un goût naturellement pétillant."

C’est le tsar de Russie Pierre le Grand qui fait connaître Spa à l’ensemble de l’Europe, il vient y passer 5 semaines en 1717 pour tenter de remédier à des problèmes de santé, des coliques bilieuses. Il en parlera en termes si élogieux que la ville devient après sa guérison le rendez-vous de l’aristocratie européenne. Les visiteurs font à l’époque des cures par boisson appelée crénothérapies.

Pour l’anecdote, les curistes, appelés " bobelins ", avaient un cadran en ivoire sur lequel ils comptabilisaient la quantité d’eau consommée, ils se munissaient également d’anis ou de cardamome pour faciliter la digestion de cette eau très minéralisée.

Le bâtiment des thermes est ouvert en 1868 : la balnéothérapie moderne est née, avec ses douches thermales, ses bains carbo-gazeux et bains de tourbe. Le succès est immédiat, ce qui change considérablement l’architecture de la ville : somptueux hôtels et luxueuses villas se construisent, conférant aujourd’hui encore à la petite ville de Spa un indéniable charme. Pour l’anecdote, Spa comptait en 1913 plus de 500 maisons de plaisance dont 340 étaient situées aux alentours de la ville.

Peut-on encore goûter l'eau de Spa ?

"Absolument, comme il est possible de goûter l’eau d’autres sources de la région. Dans cette région, les sources sont appelées des 'pouhons'. Le pouhon Pierre le Grand, qui est la source principale de Spa, la plus abondante, existe toujours : vous la trouverez au cœur de l’Office du Tourisme ; pour la modique somme d’un euro, il est donc possible de la goûter… Et c’est une expérience, je peux vous le dire, car cette eau minérale naturelle, qui est une eau très ferrugineuse, a un goût très spécial ! On aime ou on n’aime pas !" précise Marianne. 

Cela dit, les sources sont sur place un atout touristique de choix. Tenez, la Route des Sources par exemple, à faire en voiture ou à vélo, vous permet d’en découvrir quelques-unes : la Source du Tonnelet à Nivezé, la Source de Barisart, qui se découvre au détour d’une très jolie route dans un écrin de verdure sur les hauteurs de Spa, tout comme, pas très loin de là, la très jolie source de la Géronstère, ceinte d’un imposant bâtiment en pierres, particulièrement appréciée par le tsar Pierre le Grand dont je parlais il y a un instant.

Ces sources sont fléchées et accessibles gratuitement pour la dégustation si cela vous tente. "Je, précise Marianne, qu’il s’agit d’autres sources que celles qui interviennent dans la production de la célèbre Spa Reine, qui est une eau plate peu minéralisée. C’est pourquoi il est même plus correct de parler DES eaux de Spa !

L'eau de Spa est une eau d’une grande qualité

C’est tellement vrai que le Parc naturel qui englobe les communes de Spa et Stoumont s’appelle le Parc naturel des Sources, et il y a vraiment beaucoup de sources, de " pouhons " dans la région, grâce au taux de précipitations qui est très élevé : il y pleut plus qu’ailleurs, quelque 1200 litres d’eau par mètre carré, c’est 2 fois plus qu’à Ostende et une fois et demi de plus que dans le centre du pays. Le sous-sol est donc alimenté en eau en permanence !

Une autre eau s’y est taillé une réputation de choix, c’est l’eau de Bru, à Lorcé, une eau minérale naturelle dont la source, nichée elle aussi dans un écrin de verdure (rappelons que nous sommes au cœur de l’Ardenne liégeoise) se trouve au cœur d’un domaine protégé de quelque 4250 hectares. Les Romains parlaient déjà de cette eau naturellement pétillante, au petit goût acidulé. C’est une eau souterraine qui voyage dit-on quelque 50 ans au contact des roches avant d’égayer nos papilles.

Le mot " Bru " aurait lui aussi une explication : issu du mot " bruisser ", évoquant par là le bruit que font les petites bulles d’eau quand celle-ci sort de la source ! C’est une eau qui figure évidemment en bonne place sur la petite liste des eaux minérales naturelles dont le SPF Santé Publique autorise la commercialisation pour la consommation ! Un label qui n’est d’ailleurs pas simple à obtenir, car une eau minérale naturelle doit remplir toute une série de critères avant d’atterrir dans le commerce, dont celui par exemple de ne subir aucun traitement chimique, ni microbiologique.

Ne manquez donc pas Les Ambassadeurs tous les samedis vers 13H35, sur la Une !

Sur le même sujet

16 janv. 2022 à 10:25
2 min
06 janv. 2022 à 16:56
1 min

Articles recommandés pour vous