RTBFPasser au contenu

Regions Hainaut

Tournai : 23.412 spectateurs dérangés par le douzième festival Ramdam

Malgré la jauge limitée, un succès public.
25 janv. 2022 à 21:292 min
Par Pierre Wuidart

Clap de fin pour la douzième édition du festival Ramdam à Tournai. Les films qui dérangent ont attiré 23.412 spectateurs sur onze jours. Record pas battu (il est de 34.000 spectateurs en 2020), mais belle performance malgré tout, vu le contexte et la limitation de la jauge à deux cents places maximum par salle.

Côté récompenses, le prix du public de la meilleure fiction est revenu à La vraie famille, de Fabien Gorgeart, le film d’ouverture qui racontait les difficultés d’une famille d’accueil quand le père biologique veut récupérer son enfant. Venu dare-dare de Paris pour recevoir sa statuette de la Naïade, le réalisateur s’est dit très ému : "Le film va bientôt sortir. On fantasme l’idée qu’il trouve son public. C’est un éclairage merveilleux que vous lui donnez".

25 ans et une nuit de violences

La fiction la plus dérangeante aux yeux des festivaliers, c’est Animals de Nabil Ben Yadir. Inspiré de l’assassinat à caractère homophobe d’Ihsane Jarfi en 2012, le film, déconseillé aux âmes sensibles, plonge le spectateur au cœur de cette nuit infernale. "Ce prix, c’est la classe" estime le réalisateur belge, qui était déjà heureux d’être dans la sélection malgré les scènes de violences de son film. "Mais si Animals n’était pas au festival du film qui dérange, où voulez-vous qu’il soit d’autre ?"

Marija et Dominique: l’organisation du festival Ramdam repose aussi sur le sourire des bénévoles.
Marija et Dominique: l’organisation du festival Ramdam repose aussi sur le sourire des bénévoles. P.W. – RTBF

Dans la catégorie documentaire, L’empire du Silence de Thierry Michel reçoit deux statuettes : meilleur docu pour le public et prix de la presse. "Ce documentaire, on l’a ressenti comme un coup de poing", explique Aniko Ozorai, journaliste à Notélé et représentante du jury. "C’est un condensé de vingt-cinq années d’horreurs et de massacres en République démocratique du Congo. Il a vocation à faire bouger les lignes."

"Une leçon de journalisme"

L’affaire "Collective" d’Alexander Nanau remporte aussi deux prix, celui, public, du documentaire le plus dérangeant et une mention spéciale du jury de la presse. Cette enquête haletante sur un scandale sanitaire se déroule dans une Roumanie corrompue. "Une véritable leçon de journalisme", souligne le président du Ramdam Jean-Pierre Winberg, avant de laisser les festivaliers savourer un dernier film diffusé en avant-première belge : Simone (Veil), le voyage du siècle (d’Olivier Dahan).

Fin de Ramdam aussi pour Marija Vlcev, bénévole à l'accueil chargée d'aider les spectateurs à imprimer leurs tickets ! Une tâche pas de tout repos, comme elle l'explique dans cet extrait sonore, ci-dessous.

Le Ramdam de Marija, bénévole à l'accueil

témoignage

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Une des rencontres d’après film entre le public du Ramdam et le réalisateur belge Nabil Ben Yadir.
Une des rencontres d’après film entre le public du Ramdam et le réalisateur belge Nabil Ben Yadir. P.W. – RTBF

Sur le même sujet

26 janv. 2022 à 12:23
1 min

Articles recommandés pour vous