Passe Montagne

Tourisme en altitude : "On consomme du Mont Blanc comme une activité dans un parc d'attractions"

Passe Montagne - Là où se cristallisent les questions d’aujourd’hui

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

La montagne inspire. Avec ses paysages grandioses, elle invite à la contemplation. Pour certains, ce sera plutôt la quête des sensations fortes ou du dépassement de soi. Ou simplement le 'J'y étais’ comme motivation, avec un précieux selfie sur Instagram. Le plus haut sommet d’Europe ne manque pas d’attirer les touristes. Pour un coup d’œil depuis la vallée, ou pour une ascension mémorable.

Pascal Claude et Helena Verrier ont pour leur troisième numéro de Passe Montagne, voulu comprendre l’impact de cette invasion saisonnière des territoires protégés. Direction Saint-Gervais-les-bains où le maire de la ville, Jean-Marc Peillex a créé le slogan ‘Pour ne laisser à la montagne que la trace de nos pas’, et surtout un arrêté de protection des habitats naturels sur le site du Mont-Blanc.

On consomme du Mont Blanc comme une activité dans un parc d’attractions. 

"Le Mont Blanc, de début juin à fin septembre, c’est trente mille ascensionnistes. Trois cents personnes par jour. La sur fréquentation, ce n’est pas le nombre, c’est la concentration de gens à certains endroits. Avant, on avait des pratiquants qui étaient des amoureux de la montagne. Aujourd’hui, c’est le one shot. C’est Instagram. Si on était amoureux de la montagne, on y reviendrait. Là ça fait un peu ‘fille de joie’, c’est-à-dire qu’on en profite qu’une fois. On consomme du Mont Blanc comme on consomme une activité dans un parc d’attractions."

Des règles à respecter sous la surveillance d’une brigade blanche

Pour Christian Couloumy, garde-moniteur au Parc National des Ecrins, plus que le nombre, c’est avant tout une question de comportement dans la nature, de respect, qui peut s’obtenir en passant par l’éducation du public qui fréquente la montagne. Comme cela se fait dans les parcs nationaux où des règles sont annoncées aux promeneurs. Il y a même une brigade blanche qui circule en montagne et qui surveille les touristes.

"C'est plus une question de qualité du promeneur ou du randonneur que de quantité. Pour monter au glacier blanc, c’est le sentier le plus fréquenté, il y a beaucoup de monde. Rester sur les sentiers, ne pas jeter de déchets, ne pas faire de bruit. Ils peuvent voir des marmottes de tout prêt, il y a encore des fleurs. Ils auront eu le plaisir de voir la montagne et de laisser la nature comme elle était s’ils ont respecté les règles qu’impose un parc national. Il y en a une dizaine en France, pourvu que leur statut de protection élevé se maintienne."

Le ski, une menace de la biodiversité jusqu’à l’intérieur des parcs nationaux

Le parc de la Vanoise est l’un des grands Parc Nationaux. Malgré son statut, il est menacé par les intérêts de développement de nouveaux parcours de ski. Les glaciers fondent et donc il faut équiper toujours plus haut. A moindre altitude, Il y a aussi la problématique de la neige artificielle. Sans le classement en parc national, il y aurait probablement eu un grignotage du territoire du parc pour le ski. Bernard Fankou est glaciologue et chercheur en géosciences.

"En hiver les espèces sont en survies. La pratique du ski de randonnée, qui est permise dans les parcs nationaux, amène une fréquentation dans les zones où sont repliés par exemple les lagopèdes, les tétras-lyres. On négocie ces espaces avec les stations de ski pour que les oiseaux y soient tranquilles, en y plaçant des balises temporaires. Ensuite, il faut communiquer avec les visiteurs, qui pour la plupart comprennent."

Le tourisme industriel en montagne, il faut arrêter

Pour Pierre Rigaux, écologue dans le Vercors, il faut venir à la montagne pour se ressourcer, retrouver la contemplation de la nature. " Le tourisme industriel en montagne, il faut arrêter. Voici mon conseil : venez en montagne. Faites attention où vous mettez les pieds, lâchez le téléphone, c’est le moment de déconnexion. Soyez content quand il n’y a pas de réseau. Vous vous posez, vous écoutez le chant des oiseaux, vous sentez l’air ambiant, le vent et vous regardez la beauté. La beauté ça aide à vivre".

► Découvrez toutes les étapes et les variantes de Passe Montagne, avec Pascal Claude et Helena Verrier, ainsi que les variantes en podcast sur Auvio.

Articles recommandés pour vous