RTBFPasser au contenu

Scène - Accueil

Tombeau pour New York. Adonis/Espace Magh/ le Vrak/ DTC(On est bien): Clinic Orgasm Society

Tombeau pour New York. Adonis/Espace Magh/ le Vrak/ DTC(On est bien): Clinic Orgasm Society
05 févr. 2010 à 18:332 min
Par Christian Jade

TOMBEAU POUR NEW YORK D’ADONIS
L’EXCES DE DECIBELS NUIT A LA POESIE

TOMBEAU POUR NEW YORK D’ADONIS
L’EXCES DE DECIBELS NUIT A LA POESIE

Critique:**

Avec Tombeau pour New York du poète syrien réfugié à Paris Adonis on a une bonne surprise, et une petite déception.

La bonne surprise :découvrir ce lieu récent l’Espace Magh, consacré aux cultures méditerranéennes et pas seulement maghrébines, musique, théâtre performance. Un espace bien aménagé, situé à deux pas  deux pas de Manneken Pis: «bruxellissime» donc !Un espace dont le directeur Hamadi veut faire non pas un  ghetto «maghrébin» mais un espace ouvert à toutes les cultures méditerranéennes (voir son interview au Festival d’Avignon sur ce blog, en date du ..
La déception : le très beau texte d’Adonis, qui dès 1971 voit New York comme l’ennemi principal, est fort bien récité e  arabe de manière douce et modulée mais hurlé en français, amplifié par un micro mal réglé par Céline Ralet, de par la volonté du metteur en scène Rahim Elasri. En outre deux musiciens ajoutent à la surenchère des décibels en surchargeant le texte. La musique ne reprend ses droits,pour notre plaisir, que par deux chanteuses et les deux excellents musiciens enfin bien employés. Et la fin du poème redevient audible, à la fin du spectacle, quand l’excellente Céline Ralllet peut enfin murmurer et non hurler. Encore du travail pour que ce work in progress soit tout-à-fait accessible. Saluons quand même cette volonté de présenter de la poésie engagée de manière moderne, accessible aux jeunes, avec une belle utilisation des néons  abstraits pour figurer l’espace new yorkais en verticale et horizontale.

Un Tombeau pour New York, d’après Adonis  à l’Espace Magh, jusqu’au 6 février
www.espacemagh.be

Christian Jade

Critique  parlée, «improvisée», dans le cadre de Culture Club.(sur les deux spectacles de cette page)



LE VRAK EN FETE  DU 4 AU 7 FEVRIER***

 

DIEU EN DEROUTE, DYNAMITE  PAR CLINIC ORGASM SOCIETY

Critique:***

Deuxième édition, du VRAK, ce festival de formes nouvelles, qu’on peut voir dans divers lieux de Bruxelles, dont le petit Varia où j’ai vu hier DTC (On est bien) par  le Clinic Orgasm society.

J’avais adoré à Avignon, il y a trois ans, J’ai gravé le nom de ta grenouille dans mon foie une déconstruction /reconstruction du conte de fées. Ici on part carrément de la formation  divine du monde dans la Genèse et en particulier de la formation du couple par un Dieu énorme et parodique Blaise Ludik. Il y est surtout question du rôle dévolu au couple et à ses valeurs reproductives par le « Créateur», des contradictions que ça engendre non pour Adam et Eve, bien oubliés, mais pour nous, les vagues et ultimes «descendants» puisque les acteurs, ; nos représentants en fantasmes portent leurs propres noms dans la performance.(Ludovik Barth, Mathylde Demarez et Lula Béry, à l'unisson parodique du dieu costaud de Blaise Ludik).

Le comique naît aussi de nouvelles technologies parodiées. Elles permettent par exemple de dynamiter le classique dialogue théâtral par des voix venues d’en haut que les acteurs miment : premier décalage. Deuxième décalage : l’immense chantier de la «Création» divine, un « hénaurme » bric à brac qui finira par se détruire. Tout n’est pas encore au point dans le spectacle mais on rit beaucoup et les trouvailles par contrastes foisonnent.

DTC (On est bien) par la Clinic Orgasm Society


Au Varia, dans le cadre du Vrac, jusqu’au 7 février, repris par le Varia jusqu’au 13 février

Infos
-pour le Vrak : www.llasbl.be
-pour le Varia : www.varia.be

Christian Jade

Articles recommandés pour vous