RTBFPasser au contenu

Societe

Tigres, lions et girafes de cirque vont quitter la scène belge

Tigres, lions et girafes de cirque vont quitter la scène belge
04 déc. 2013 à 09:08 - mise à jour 04 déc. 2013 à 17:532 min
Par Jean-Claude Verset

Ces mesures interviennent après que le Conseil du bien-être animal a fait état en 2011 de difficultés d'application des normes légales d'hébergement des animaux dans les cirques (manque d'espace, absence de possibilité de baignades, absence de congénères pour certaines espèces grégaires, non-respect des exigences de température).

Le projet prévoit que seuls certains animaux pourront désormais être autorisés dans les cirques, moyennant le respect des normes minimales d'hébergement fixées pour assurer leur bien-être. Il s'agit concrètement des animaux suivants: les bovins, buffles, porcs, lamas, dromadaires, chameaux, furets, lapins, chiens et chats, pigeons, oies, gallinacés, perroquets, perruches et canards, chevaux, ânes et poneys, moutons et chèvres.

Le député FDF Damien Thiéry a demandé en vain mercredi l'organisation d'auditions. Selon lui, cette mesure mettra le secteur à mal. Dans un communiqué cosigné par la député bruxelloise Béatrice Fraiteur (FDF), il s'est demandé s'il faudra "sortir les tigres de leur cages pour que la ministre veuille s'intéresser à leur avenir".

La question du transport

L'association Gaia milite depuis une dizaine d'années pour l'interdiction des animaux dans les cirques. Pour la directrice An de Greef, s'intéresser aux animaux sauvages, comme les tigres, les girafes ou les éléphants est un premier pas: "On ne peut pas donner à ces animaux l’espace dont ils ont besoin. Il y a aussi les transports en camions qui sont parfois très longs. Un animal sauvage n’a pas sa place dans un camion de transport".

"Des critiques que ne sont pas prêts à accepter les intéressés comme Maria Heppenheimer, directrice du cirque Pipo : "Le matin on se réveille à 7h et la première chose que l’on fait, avant même de prendre notre café, est de directement soigner nos animaux. Il faut des contrôles et des normes, mais pourquoi empêcher chaque cirque qui est aux normes et bien contrôlé de travailler?"

En ce moment aucun cirque Belge n'a d'animaux sauvages. Mais c'est un milieu dans lequel la circulation est grande et, souvent, les établissements accueillent des compagnies étrangères qui, elles, possèdent de tels animaux. C’est le cas d’Alexandra Bauwman Pauwels et de son mari qui dressent des félins en France. Ils se produisent en ce moment dans le cirque des parents d'Alexandra à Bruxelles. "C’est la première fois, depuis que je suis mariée, que je viens travailler chez mes parents. Et je me dis que s’ils interdisent les tigres qui sont toute notre vie, je ne pourrai plus jamais venir travailler en famille. Ca me tue le moral".

La loi, pourtant, pourrait être définitivement adoptée avant la fin de l'année.

RTBF avec Belga

L'invité du 13 heures: Marquis Pauwels - directeur du cirque Pauwels - à propos de l'interdiction des animaux sauvages dans les cirques ambulants

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous