Le 8/9

Thomas Ngijol : "Le cynisme, c’est une arme de faible"

Le Mug d’ouverture

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

12 oct. 2022 à 08:58Temps de lecture3 min
Par Philomène Parmentier

L’acteur et humoriste Thomas Ngijol est venu dans nos studios pour vous présenter son nouveau spectacle L’Œil du Tigre. Un spectacle qui arrive 6 ans après son dernier et qui s’annonce riche en émotions.

Saviez-vous que l’œil du tigre est une expression orientale pour désigner une lueur particulière dans le regard, ce qui serait la marque d’un authentique guerrier ? Qu’en astrologie chinoise, une personne née sous le signe du Tigre est considérée comme enflammé, dynamique, audacieux et impulsif ? Mais c’est aussi une référence à Rocky et à un épisode symbolique où il perd son titre car il a perdu sa fureur qu’il avait à ses débuts. "C’est un peu la motivation que j’ai eue sur ce spectacle, j’ai une vie assez posée aujourd’hui qui me plaît, qui se passe bien Dieu merci. Mais c’est vrai que la flamme des premiers temps quand je montais sur scène, je me posais la question si je l’avais encore. Et comme je vous l’ai dit, j’ai joué un an à Paris et elle est bien là."

Toutes ces choses ont été une véritable inspiration pour remonter sur scène 6 ans après son 1er spectacle, 2. Il a pu tester son spectacle pendant une saison à Paris et maintenant il entame la tournée en commençant par la Belgique "Je suis très content de retrouver le public Belge" confie-t-il. Une tournée qu’il débute avec un mélange de pression et de joie, car il est loin de ses bases mais il est dans une salle qu’il connaît et qu’il aime beaucoup. Une salle qu’il a découverte il y a quelques années, "je ne connaissais pas la salle du Cirque Royal et j’ai été un peu, je me suis pris une espèce de mur quoi, elle est très faciale on va dire et c’était chaud, j’ai été un peu déstabilisé, mais ça s’est passé superbement. C’est pour ça que j’ai hâte, parce que je sais un peu à quoi m’attendre si on peut dire".

C’est magnifique à vivre, être dans ce métier en famille et moi ça me fait du bien parce que je me sens protégé.

Et ce spectacle, on le doit notamment à la dernière fille de Thomas Ngijol, à qui il a eu envie d’offrir des moments de partage durant sa tournée. Sa fille précédente y a eu droit durant sa première tournée, il paraissait normal pour l’humoriste de faire le même cadeau à sa dernière fille. Peut-être aurons-nous la chance de le voir jouer avec elle sur scène, en tout cas Thomas assure que dès que c’est possible il l’embarque avec lui sur scène. L’œil du Tigre est aussi un spectacle qui est fortement inspiré par sa famille. Pour parler au plus grand monde, il parle de ce qui l’entoure en étant le plus sincère possible. Thomas part de lui-même, va chercher dans son intimité, ses failles pour créer ses spectacles. Beaucoup de choses qui l’entourent s’avèrent avoir un potentiel comique assez élevé tout en parlant de sujets de société. L’objectif de Thomas Ngijol est simple, "j’ai envie que les gens sortent [de ses représentations] avec le sourire et heureux".

Thomas Ngijol

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Un retour à la scène assez inattendu pour l’acteur, réalisateur et scénariste mais qu’il justifie par un retour aux sources, "tout part de là, c’est un jeu de funambule, c’est, l’excitation de la scène on ne peut la retrouver nulle part, c’est particulier. C’est mon premier amour, moi la scène ça n’a pas été un tremplin pour faire autre chose, c’est mon métier". Avec ce spectacle, Thomas Ngijol s’est rendu compte qu’il allait vieillir avec cet art. Tout est vrai sur scène et c’est ça qui l’anime, la liberté de l’instant, la vérité, c’est un moment de vie assez particulier, comme quand on marque un but au foot.

Un retour sur scène qui arrive en même temps qu’une période particulièrement compliquée pour tout le monde. Mais ce n’est pas pour autant que Thomas cède au cynisme, pour lui, "le cynisme c’est une arme de faible, c’est une façon de se cacher, de cacher ses sentiments. Y a rien de plus facile, si je veux être cynique avec vous, je peux l’être mais on ne saura jamais qui je suis, on ne sait pas ce qu’on ressent. C’est vraiment le truc le plus faible. J’ai été cynique, j’ai été cynique très très longtemps et je sais ce que c’est d’être cynique, je peux encore l’être par moments." Quand on veut vivre la vie à 100%, on se rend compte que le cynisme c’est une petite armure qui peut être drôle mais dont il ne faut pas abuser.

En attendant de revoir Thomas Ngijol sur vos écrans, rendez-vous le 20 octobre à Bruxelles au Cirque Royal.

Inscrivez-vous aux newsletters de la RTBF

Info, sport, émissions, cinéma...Découvrez l'offre complète des newsletters de nos thématiques et restez informés de nos contenus

Sur le même sujet

Articles recommandés pour vous