RTBFPasser au contenu

Thom Yorke jaloux de son guitariste

Loading...
05 nov. 2018 à 16:191 min
Par Marie-Amélie Mastin

Et il avoue avoir ressenti une certaine jalousie par rapport à la réussite de son collègue de Radiohead, Jonny Greenwood, pour son travail au cinéma.

“Pour être totalement honnête avec moi-même, je dois dire que j’étais un peu jaloux, mais je me pensais incapable et je n’osais pas me lancer”, a expliqué Thom Yorke.

“Jonny a beaucoup d’avance sur moi, il comprend le travail d’orchestration, il sait lire la musique, il l’a étudiée. Pour le dernier film de Paul Thomas Anderson, il a lu toute la musique des compositeurs de lépoque.

Je serais incapable de le faire vu que je ne sais pas lire la musique. Il a toujours une longueur d’avance, comme un grand aventurier sûr de lui, alors que je plonge au hasard, en ne touchant que la surface des choses, en pur amateur. Les choses sont restées comme ça un moment, puis je me suis attelé à faire un film d’horreur et j’ai pensé " bon, c’est un film d’horreur, avec des tas de bruits bizarres, mais c’est fun ! ". "

 

Récemment, le leader du groupe Radiohead a sorti un nouveau titre, en collaboration avec Greenpeace, dans lequel il appelle à préserver un Antarctique "brut et sauvage ".

Le morceau instrumental de quatre minutes, baptisé "Hands Off The Antarctic", ce qui signifie "Pas touche à l'Antarctique", est dévoilé vient en soutien de la campagne de Greenpeace pour préserver le "vaste sanctuaire" d'1,8 million de mètres carrés que représente l'océan antarctique. Cet endroit est le repère de nombreux manchots, baleines et de la vie sauvage en général. "Il y a certains endroits sur cette planète qui sont destinés à rester sauvages et vierges de l'empreinte humaine", a commenté le chanteur britannique de 50 ans. "Ce qu'il se passe en Antarctique nous affecte tous, c'est pourquoi nous devrions le sauvegarder."

La vidéo de "Hands Off The Antarctic" reprend des images en noir et blanc de paysages et d'animaux sauvages, rassemblées au cours d'une expédition de recherche en Antarctique de trois mois menée par Greenpeace au début de l'année.

Articles recommandés pour vous