RTBFPasser au contenu

WRC

Thierry Neuville, "sous pression" pendant tout le Monte-Carlo : "Larmes aux yeux et déception à l'arrivée de la Power Stage"

Thierry Neuville, "sous pression" pendant tout le Monte-Carlo : "Larmes aux yeux et déception à l'arrivée de la Power Stage"

WRC Monte-Carlo

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

23 janv. 2022 à 15:172 min
Par Cédric Lizin et Olivier Gaspard

Thierry Neuville a terminé l'édition 2022 du Monte-Carlo, la première de l'ère hybride en Championnat du Monde des Rallyes, à la sixième place après avoir connu un nombre incalculable de problèmes ce week-end. La Hyundai i20 N Rally1 manque de performance et, surtout, de fiabilité par rapport à ses rivales, la Ford Puma Hybrid Rally 1 et la Toyota GR Yaris Rally1.

C'est le cœur gros que le pilote belge a livré ses impressions à Olivier Gaspard, l'envoyé spécial de la RTBF sur le Monte-Carlo, après avoir tout donné dans la Power Stage... où il a signé le troisième chrono.

"J'ai vécu un week-end éprouvant, difficile, on a eu énormément de pression et beaucoup de stress, et la pression est retombée à l'arrivée de la dernière spéciale, a lancé Thierry Neuville. J'ai rarement les larmes aux yeux, mais ça m'est venu en passant la ligne d'arrivée de la dernière spéciale, parce que la pression est retombée. On n'a pas envie que ça continue comme ça, parce qu'on mérite beaucoup plus. On mérite d'avoir une voiture au niveau des autres, parce que si ça avait été le cas, on aurait joué la gagne ce week-end, comme cela a été le cas ces dernières années ici. Mais visiblement, il nous manque quelque chose. On a tout donné, on a couru pour notre vie dans cette dernière spéciale, en prenant tous les risques ! Et voir qu'on n'arriverait pas à décrocher les cinq points a été une grande déception à l'arrivée, j'aurais tant voulu ramener ces cinq points pour l'équipe, avec une seule Hyundai à l'arrivée ce week-end. Mais c'était probablement un peu trop optimiste, on n'est pas prêt pour aller se battre avec les autres. C'est dur à accepter, on attendait tant de ces nouvelles voitures avec tout le monde à égalité sur la ligne de départ, mais tout n'est pas négatif non plus : on sait ce sur quoi on doit travailler, on a récolté beaucoup d'informations ce week-end. Et si on arrive à mettre au point la fiabilité, cela devrait vite s'arranger. Les choses ne tournent pas comme elles devraient le faire pour le moment, cela s'explique avec le départ d'Andrea Adamo, mais il faut rapidement faire bouger les choses. Le meilleur est à venir, j'espère que cela ne tardera pas trop."

Le pilote belge a également abordé le succès de Sébastien Loeb, vainqueur de son huitième Monte-Carlo à 47 ans.

"Je suis content que ce soit lui qui ait gagné, c'est une belle histoire, j'adore le personnage et je m'entends bien avec lui. Je trouve que c'est quelqu'un d'aussi passionné que moi par le sport auto. Je pense qu'il le mérite amplement : il est toujours là, et pourtant, il n'en a pas besoin. Il fait ce qu'il aime, et c'est ce que j'ai envie de faire aussi après ma carrière à temps plein en rallye. On a besoin de ces sensations, de l'adrénaline."

WRC Monte-Carlo, le débriefing final : Le plaisir des deux Seb', le grand stress de Thierry Neuville

WRC Monte-Carlo

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Thierry Neuville à l'agonie. Son amortisseur est à nouveau passé à travers le capot.

WRC - Rallye de Monte-Carlo 2022

Pour voir ce contenu, connectez-vous gratuitement

Articles recommandés pour vous