RTBFPasser au contenu

Athlétisme

Thiam lance sa saison à Götzis : "Je suis là pour m'évaluer"

Thiam lance sa saison à Götzis : "Je suis là pour m'évaluer"
26 mai 2017 à 20:592 min
Par M. Weynants, envoyé spécial de la RTBF en Autriche

Depuis quatre ans, Nafissatou Thiam retrouve Götzis et son prestigieux meeting avec le même plaisir. Fidèle à sa ligne de conduite, elle abordera son premier heptathlon en 2017 sans se mettre de pression inutile. Et ce n'est pas son statut de championne olympique qui va changer la donne. En ce début de saison, Nafi est surtout en quête de repères sur la piste autrichienne.

A moins de trois mois des Mondiaux, l'Hypo Meeting est un test, une étape sur la route de Londres. "C'est une compétition pour débuter la saison, se remettre un peu en jambes. Je veux faire un bon hepta pour me mettre en confiance au niveau des sensations. Mais il est trop tôt pour se fixer des objectifs en termes de performances. Ce serait inutile. Être en forme à Götzis et aux championnats du Monde, ce n'est pas possible. Il faut choisir. L'an dernier, je fais 4e ici, et puis je gagne aux Jeux. Donc ça ne veut rien dire. Ce n'est pas sur une place à Götzis qu'on peut juger comment va se passer la saison."

La Rhisnoise n'est donc pas venue en Autriche pour décrocher un gros total, elle est à la recherche d'informations. "Je suis là pour m'évaluer plutôt que pour regarder mes adversaires. Ça, ce sera pour plus tard. Le plus important, c'est de se concentrer sur soi-même, sur ses performances, ses erreurs, de voir comment on peut les corriger et essayer de s'améliorer. C'est toujours comme ça que j'ai vu les choses. Je les vois encore comme ça. Ça marche bien pour moi. Je n'ai pas envie de me mettre de la pression. Même si je sais que forcément cette année on va me regarder beaucoup plus que les années précédentes."

Sa prestation olympique a marqué les esprits. Et désormais, qu'elle le veuille ou non, elle est LA référence de sa discipline. "C'est difficile de dire ce que ce titre a changé. Ce sera mon premier hepta depuis Rio. On verra bien ce week-end, si cela change quelque chose pour moi. Mais honnêtement, je ne pense pas. Je préfère rester concentrée sur moi-même et sur mes performances."

Les attentes sont toujours plus grandes, la Championne d'Europe indoor s'évertue à les tempérer. "Je sais que battre mes records, cela va être très compliqué. J'ai mis la barre très haut et il va falloir vraiment que je me dépasse pour aller les chercher. Je pense que cette année, ce sera difficile."

Son exploit brésilien a laissé des traces. Son esprit et son corps ont eu besoin de souffler. "Cette année a été un peu différente, plutôt axée sur la récupération au niveau mental et physique parce que j'ai eu pas mal de pépins après les Jeux. Je vois à long terme et que je n'ai pas envie de me griller."

Son coude, "resté sur la piste de Rio", a par exemple dû être ménagé. "J'espère surtout avoir de bonnes sensations dans les lancers et particulièrement au javelot. J'ai passé huit mois sans lancer donc je pense que ce sera le test le plus important ici."

Un test qui se déroulera dans cadre idéal. "En championnats, les épreuves combinées sont souvent mises aux extrémités des programmes. On commence super tôt le matin, on finit super tard le soir ... et entre les deux on attend, parfois 6-7 heures avant de pouvoir recommencer une épreuve. C'est hyper fatiguant. Ici, c'est fait pour que cela s'enchaîne pour qu'on ne doive pas trop s'échauffer, pour qu'on puisse rentrer pas trop tard et manger à des heures décentes."

Ajoutez-y "un public de connaisseurs et une superbe ambiance" et vous comprendrez pourquoi, "cela fait plus de trente ans que Götzis est LE rendez-vous des épreuves combinées. Pour une heptathlonienne ou un décathlonien, c'est toujours un moment spécial."

 

Articles recommandés pour vous