Chroniques

Theo Francken, le bouclier flamand

Bertrand Henne

© © Tous droits réservés

15 nov. 2017 à 08:20 - mise à jour 15 nov. 2017 à 08:20Temps de lecture2 min
Par Bertrand Henne

Tiens, Theo Francken n’avait plus suscité de polémique depuis quelques jours. C’est fait désormais. Avec une idée apparemment improvisée, lâchée comme ça, en marge de la présentation de sa note de politique générale à la Chambre.

Puisque cette note de politique générale, à elle seule, ne suscitait pas trop de polémique, il a donc fallu en susciter une. Theo Francken a donc annoncé la création d'une équipe d’intervention rapide de l’Office des étrangers pour travailler avec la police en cas de besoin. Son but : repérer des personnes en séjour illégal.

Jusque là, il n’y a pas encore de polémique, c’est juste une amélioration de collaborations qui existent déjà.

"Une police des étrangers"

La polémique vient quand il justifie sa mesure par les violences survenues après le match contre le Maroc. En faisant cela, il présuppose que les troubles ont été causés par des étrangers, potentiellement illégaux, ce qui, à ce stade, n’est pas prouvé. Autre élément déclencheur de la polémique, une dépêche Belga francophone évoquant une “police des étrangers”. Une expression qui, pour ce que l’on connaît du projet, est exagérée. Une expression qui n’a pas été reprise en flamand et qui explique sans doute que les médias flamands ont moins évoqué la petite idée du Secrétaire d’État que les francophones. Reste que Theo Francken continue, avec succès, sa stratégie d’occupation du terrain médiatique.

La N-VA en bouclier de l'identité flamande

Cette stratégie va encore se renforcer avec la campagne électorale où la N-VA veut prétendre protéger l’identité flamande. Theo Francken est le pion central de la campagne de la N-VA qui veut garantir, l’identité, la sécurité et la prospérité flamande. La N-VA doit démontrer que les trois éléments sont indissociables. Et pour ça, la N-VA a besoin de Theo Francken. C’est lui qui fait le lien entre les deux premiers éléments, identité et sécurité.

C’est l’objectif de la communication sur les équipes d’interventions rapides de l’Office des étrangers. Cela permet à la N-VA de faire d’un problème de sécurité (les violences suite au match du Maroc) un problème d’identité, puisqu’elle suppose que les violences sont importées, liées aux étrangers.

Sécurité et identité sont volontairement mêlées en permanence. La page facebook de Theo Francken en est un exemple frappant. Le dernier sujet qu’il évoque ? C'est qu’il existe désormais une Barbie portant le voile islamique. Et il se lamente : “Tout le monde en hidjab, le monde tourne mal”.

C’est un exemple assez parlant de sa conviction profonde, il y a une islamisation de la société.  La plupart des autres publications de sa page Facebook mettent en scène sa fermeté contre les demandeurs d'asile. Au bout du compte, il est évident que Theo Francken se présente en rempart, en bouclier contre l'immigration, l'insécurité, l'islamisation, les trois mis ensemble et assez largement confondus. Les émeutes de Bruxelles étaient l'occasion de pouvoir plus ou moins rassembler tout ça. Une occasion immanquable pour Theo Francken.

Articles recommandés pour vous